Centre cinématographique marocain

Mohamed Sarim Al Haq Fassi-Fihri, nouveau directeur du CCM

Ayoub Akil,LE MATIN
03 October 2014 - 15:34
3874
Mohamed-Sarim-Al-Haq-Fassi-Fihri-b.jpg Mohamed Sarim Al Haq Fassi-Fihri.

C’est maintenant officiel ! Mohamed Sarim Al Haq Fassi-Fihri succède à Noureddine Saïl à la direction du Centre cinématographique marocain. C’est ce que vient de décider le Conseil de gouvernement lors de sa réunion jeudi 2 octobre à Rabat, sous la présidence du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane.

Conformément aux dispositions de l’article 92 de la Constitution, le conseil de gouvernement a procédé, au niveau du ministère de la Communication, à la nomination de Mohamed Sarim Al Haq Fassi-Fihri au poste de directeur du Centre cinématographique marocain (CCM). C’est ce qu’a annoncé également le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, lors d'un point de presse à l'issue de la réunion du Conseil du gouvernement tenu le jeudi 2 octobre à Rabat, sous la présidence du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. Cette décision a mis fin à un long feuilleton qui tenait en haleine les professionnels du cinéma et l’opinion publique depuis le départ de Nourredine Saïl, ex-directeur du CCM, depuis avril dernier. Depuis cette date, la succession de Nourreddine Saïl a fait jaser tout le monde, surtout que le gouvernement a reporté à plusieurs reprises l’annonce de l’heureux candidat. Après plus de six mois d’attente, c’est le producteur Mohamed Sarim Al Haq Fassi-Fihri qui est élu nouveau directeur du Centre cinématographique marocain.

Ce chevalier de l'Ordre des arts et des lettres de la République française, natif de Marrakech le 19 octobre 1958, a entamé sa carrière professionnelle à l’âge de quinze ans dans la photographie. Mais une fois le Baccalauréat en poche, Mohamed Sarim Al Haq Fassi-Fihri étudie la pharmacie puis la médecine dentaire. Après une expérience en tant que stagiaire sur un film américain en 1982, il décide tout de suite d’entrer de plain-pied dans le septième art. Ainsi, il crée, deux ans après, sa première société de production. Et c’est avec le long métrage de Latif Lahlou «La compromission» qu’il signe sa première production en 1985. Deux ans plus tard, il crée Moroccan Productions & Services (MPS), sa société actuelle. Objectif : pouvoir produire des films marocains et assurer la production exécutive de films étrangers au Maroc.

Il a dès lors produit et coproduit bon nombre de films dont on citera «L'enfance volée» et «Voleur de rêves» de Hakim Noury, «Mektoub» de Nabil Ayouch, «Mémoire en détention» de Jilali Ferhati, «Les Anges de Satan» d'Ahmed Boulane. Il a également produit «Cinq films pour cent ans», réalisé par un collectif de cinéastes marocains à l'occasion du Centenaire du cinéma. Suite à ces succès sur le plan national, Mohamed Sarim Al Haq Fassi-Fihri a été le producteur exécutif de plus de 40 films et téléfilms dont «La nuit sacrée» de Nicolas Klotz, «Napoléon and Joséphine - A love story» de Richard Heffron pour la Warner Bros, «Astérix et Obelix : mission Cléopâtre» d'Alain Chabat, entre autres. Et à travers sa société et en qualité de producteur exécutif, il a collaboré avec de grands groupes internationaux tels que Gaumont, Pathé, Lagardère, BBC ou Warner Bros.
Titulaire, d’un Master II en production de l’Université de Toulouse, Jean Jaurès, Mohamed Sarim Al Haq Fassi-Fihri a également participé en tant que conférencier à plusieurs tables rondes, journées culturelles ou séminaires à Namur, Paris, Tunis, Le Caire, Barcelone, Las Palmas, pour ne citer que
ces villes. Et depuis 2012, il est expert auprès de l’Union européenne, membre d’un groupe de travail pour la recherche de financements cinématographiques dans la région de MENA.

Soulignons enfin que le nouveau directeur du Centre cinématographique marocain a déjà occupé plusieurs postes dont président de la Chambre marocaine des producteurs de films, président de l'Association des métiers de la production audiovisuelle et du cinéma (AMPAC), administrateur de la Fondation du Festival international du film de Marrakech, administrateur du CCM, propriétaire des Studios Cinedina à Casablanca. Bonne chance à Mohamed Sarim Al Haq Fassi-Fihri dans sa nouvelle mission !