Débat

Pour l'utilisation des informations géospatiales

,LE MATIN
17 Octobre 2014
Pour-lutilisation-des-informations-geospatiales.jpg

Organisée du 13 au 17 octobre, une conférence sur les systèmes d’information géospatiales a suscité l'intérêt de plusieurs spécialistes de l'urbanisme. Le but était de contribuer à améliorer l’efficacité des infrastructures urbaines par l’exploitation d’informations géospatiales.

L’Université Mundiapolis a organisé du 13 au 17 octobre les ateliers «GeoSUMR» afin de promouvoir l'utilisation d'outils et d'informations géospatiales par les autorités des villes. L’objectif de ces ateliers «GeoSUMR» était de contribuer à améliorer l'efficacité des infrastructures urbaines par l’exploitation d’informations géospatiales. Plus concrètement, il s’agit d’utiliser intelligemment les informations de localisation disponibles à partir des différents terminaux connectés (téléphones mobiles, ordinateurs, tablettes, etc.) pour mieux gérer nos infrastructures urbaines (amélioration des transports, gestion des désastres, urbanisme, assainissement, etc.)
La participation aux ateliers a été ouverte aux acteurs de la société civile, au secteur privé, au personnel des administrations publiques à Casablanca et aux représentants du ministère de l’Urbanisme et de l’aménagement du territoire, du ministère de l’Énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement et du ministère de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique.

Les workshops ont ainsi permis aux participants de partager les meilleures pratiques internationales de l’utilisation des systèmes d’informations géographiques pour le développement durable des villes. L’occasion était aussi d’approfondir la réflexion sur l’Open Data et les Smart Cities.
Par ailleurs, dans le cadre des ateliers «GeoSUMR», l’Université Mundiapolis a signé trois conventions. La première, qui a lié l’Université et la Direction de l'économie numérique du ministère de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, permettra au centre de recherche et aux étudiants de l’Université Mundiapolis de collaborer sur des projets appliqués au service du ministère et portant sur des sujets tels que l’Open Data, l'e-Participation et l'e-Gov.

Une deuxième convention signée avec Lydec permettra à l’université de soutenir et de contribuer aux efforts de recherche sur les projets environnementaux.
La troisième convention, qui a été signée avec l’OMDH (Organisation marocaine des droits humains) favorisera pour sa part une collaboration entre le monde académique et la société civile. Des tables rondes ont aussi été organisées lors de la dernière journée, afin d’élaborer un plan d’action relatif à la promotion de l’Open Data et des Smart Cities dans la métropole. 



Mobilisation des étudiants autour de l’environnement

La présidente de l'association américaine la ville écologique «Ecocity» de l'État de Californie (États-Unis), Kirstin Miller, a dressé le bilan du partenariat liant son association et l'Université Mundiapolis de Casablanca visant le développement du domaine de l'environnement dans les villes de Casablanca et Mohammedia. Lors d'une conférence de presse tenue récemment à l'Université Mundiapolis, Kirstin Miller a expliqué que dans le cadre du projet ayant une durée de réalisation de 10 mois, les étudiants ont adopté une série d'outils méthodologiques acquis pour leur permettre d'améliorer leurs propres capacités en vue de convaincre les citoyens de se mobiliser en faveur de l'environnement.

E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
19 Aout 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés