Éditorial

Des acquis et des défis

Par Omar Dahbi,LE MATIN
21 August 2014 - 00:00

Le discours royal adressé par le Souverain à la Nation à l’occasion du 61e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple constitue une feuille de route visant à faire accéder le Royaume au statut mérité de pays émergent. Le Maroc qui a réalisé des avancées importantes mérite d’aspirer à faire partie des pays émergents, mais il doit, pour ce faire, relever encore des défis avec l’implication de toutes les composantes de sa société.

«Les Marocains sont un peuple habité par l’ambition d’atteindre les plus hauts sommets et de se mettre au diapason des nations avancées. Mais un tel dessein n’a rien d’un rêve chimérique ou d’une création ex nihilo. Il procède plutôt d’une réalité tangible et s’appuie sur des réalisations concrètes que le Maroc a inscrites à son actif sur la voie de la démocratie et du développement», a dit S.M. le Roi avant de rappeler les acquis du Royaume durant les quinze dernières années et d’énumérer les défis majeurs auxquels il doit faire face durant les prochaines années.

Sur le plan des acquis, le Souverain a mis l’accent sur les réformes concrètes réalisées dans les domaines de la vie politique et institutionnelle, du développement économique et de l’ouverture internationale.
Aussi, S.M. le Roi a passé en revue les différents plans sectoriels qui ont été lancés ces dernières années et qui ont permis au Maroc à la fois de capitaliser sur un taux de croissance «élevé et constant» et de résister dans une conjoncture marquée ces dernières années par la crise mondiale qui a déstabilisé bien des économies à l’échelle internationale et régionale.

Le Souverain a cité à ce titre les Plans Maroc Vert, Halieutis et Émergence industrielle qui ont permis «la clarification de la vision» et le «repositionnement de l’économie nationale sur le plan régional et international». Mais des plans sectoriels n’auraient pu aboutir aux résultats positifs aujourd’hui reconnus et salués par les instances internationales concernées, s’il n’y avait pas eu ces grands projets en matière d’infrastructures que S.M. le Roi a lancés et sur la réalisation desquels il a veillé ces dernières années. «Si les infrastructures comptent parmi les piliers sur lesquels reposent les économies émergentes, les réalisations que le Maroc a inscrites à son actif dans ce domaine ont contribué à accroître la compétitivité des entreprises et des produits nationaux», a rappelé le Souverain.

Et l’occasion pour S.M. le Roi de rendre hommage «au rôle clé joué par les entreprises citoyennes dans l’impulsion du développement économique et social du pays» et d’exprimer sa «satisfaction quant à la contribution que nombre d’entreprises du secteur privé et d’établissements publics ont apportée au développement de l’économie nationale, aussi bien en interne qu’à l’extérieur».

Le Maroc a aussi inscrit à son actif ces dernières années une grande ouverture sur le plan régional et international, ce qui lui a permis de diversifier ses partenaires et de conforter sa position comme axe d’échanges internationaux. «Cette performance est illustrée par la mise en place de partenariats fructueux, tant avec les pays arabes – en particulier les États du Conseil de coopération du Golfe – qu’avec les pays d’Afrique subsaharienne, où le Maroc représente le deuxième investisseur en Afrique», a souligné le Souverain avant d’ajouter que «le Maroc constitue un maillon essentiel dans la coopération tripartite et multilatérale, en particulier pour assurer la sécurité, la stabilité et le développement en Afrique».

Mais, la feuille de route royale pour que le Maroc puisse enfin accéder à la position méritée de pays émergent met l’accent aussi sur les défis qui restent à relever. «Les acquis et les réalisations engrangés ne devraient pas inciter à l’autosatisfaction. Ils devraient plutôt constituer un motif puissant pour redoubler d’efforts et rester constamment mobilisés. En effet, soit l’économie marocaine devient une économie émergente grâce à ses potentialités et à la coordination des énergies de toutes ses composantes, soit elle manquera son rendez-vous avec l’Histoire», a indiqué S.M. le Roi. Le Souverain a ainsi mis l’accent sur l’obligation, durant les prochaines années, de l’implication de tous pour préserver les acquis, corriger les dysfonctionnements et stimuler la croissance et l’investissement.

Remédier au retard significatif dans le domaine de la compétitivité des entreprises exportatrices, se doter des ressources humaines qualifiées, continuer à améliorer le climat des affaires en allant de l’avant dans la réforme de la justice et de l’administration, lutter contre la prévarication et moraliser la vie publique, renforcer le rôle stratégique de l’État en matière de régulation et d’organisation, engager avec audace les grandes réformes, notamment en matière de régimes de retraite et de fiscalité et veiller à la poursuite de l’application des règles de bonne gouvernance.

Une feuille de route qui permet d’avoir une vision claire et des objectifs concrets à atteindre avec l’implication de tous les acteurs, politiques, économiques, syndicaux et la société civile auxquels le Souverain a tenu à rendre hommage dans le discours hautement significatif de la célébration de la Révolution du Roi et du Peuple.

Mais, l’ensemble de ces actions, finalement, n’a qu’un seul objectif majeur sur lequel le Souverain a mis l’accent, à savoir le développement du Maroc et la prospérité des Marocains. «Nous veillons à ce que le développement économique aille de pair avec l’amélioration des conditions de vie du citoyen marocain. En effet, Nous ne voulons pas d’un Maroc à deux vitesses : des riches qui bénéficient des fruits de la croissance et s’enrichissent davantage ; et des pauvres restés en dehors de la dynamique de développement et exposés à plus de pauvreté et de privation», a précisé S.M. le Roi.

Enfin, ce Maroc émergent est possible grâce à sa jeunesse «lucide et responsable» à propos de laquelle le Souverain a réitéré sa conviction qu’elle relèvera le défi. «Nous sommes convaincu qu’en vertu du patriotisme, des valeurs de citoyenneté constructive et du génie créateur qui les caractérisent, nos jeunes, filles et garçons, sont aptes à contribuer au développement de leur pays et à relever les défis liés à son entrée au club des pays émergents», a dit S.M. le Roi.

Des réalisations, des réformes, des plans d’action, des infrastructures, du potentiel humain à consolider ; et des défis à relever. Telle est la feuille de route que le Souverain a tracée pour les prochaines années conformément à la stratégie royale de développement durant les quinze dernières années et qui est basée sur une «Révolution renouvelée», comme l’a souligné S.M. le Roi.







E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
21 Janvier 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés