Union pour la Méditerranée

L'intégration régionale, une priorité pour répondre aux défis actuels

,LE MATIN
11 Juin 2015
Efficacite-energétique-.jpg

L'intégration régionale en Méditerranée est une priorité pour répondre aux défis actuels, a affirmé, mercredi à Rabat, le secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UpM), Fathallah Sijilmassi. «Plus que jamais, la Méditerranée est confrontée à des défis de taille comme le terrorisme, le radicalisme, ou encore l'immigration clandestine, d'où l'importance de l'intégration régionale pour construire un avenir commun pour les pays des deux rives de la Méditerranée», a relevé M. Sijilmassi qui animait une rencontre organisée par le Conseil du développement et de la solidarité (CDS), sous le thème «Intégration ou désintégration de la Méditerranée».

Mettant en avant la montée du terrorisme, du racisme et de la xénophobie, le secrétaire général de l'UpM s'est également attardé sur le défi de la migration clandestine, notant que la capacité de gérer les flux migratoires nécessite pour tous les pays de la Méditerranée de coopérer et de suivre l'exemple du Maroc et de l'Espagne dont la coordination en la matière a donné des résultats palpables. De son côté, André Azoulay, conseiller de S.M. le Roi Mohammed VI et ancien président de la Fondation Anna Lindh, a déploré le fait qu'«au fur et à mesure que la logique de libre-échange avançait, la zone euro-méditerranéenne devenait l'espace de toutes les régressions et des tragédies», évoquant dans ce cadre «les centaines de cadavres qui jonchent les rives nord de la Méditerranée». 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
13 Juin 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés