La glorieuse Marche Verte

Une épopée phare dans le processus de lutte nationale pour le parachèvement de l'indépendance

,LE MATIN
04 November 2016 - 19:03
La-glorieuse-Marche-Verte.jpg

Le peuple marocain, et à sa tête la famille de la résistance et l'Armée de libération, célèbre le dimanche 6 novembre, avec fierté et dans un climat de liesse et de mobilisation générale, le 41e anniversaire de la glorieuse Marche Verte, événement phare dans l'histoire du Royaume pour le parachèvement de son intégrité territoriale.

Cet anniversaire est l'occasion d'inviter les forces vices et l'ensemble des tendances politiques, syndicales, ainsi que les jeunes et les femmes à renforcer le front intérieur national et renforcer les choix et orientations de développement à même de répondre aux aspirations de prospérité, de progrès et de dignité de l'ensemble des couches de la société marocaine, indique dans un communiqué le Haut Commissariat aux anciens membres de l'Armée de libération (HCAR).

Cette étape marquante de l'histoire du Royaume est un évènement capital et significatif qui retentit dans les esprits des générations actuelles et futures en les imprégnant des valeurs de patriotisme afin de surmonter les défis du présent et de l'avenir en vue de construire un Maroc fort, cohésif, démocratique et moderne, affirme le HCAR. Il y a quarante-et-un ans de cela, rappelle le Haut Commissariat, des foules de volontaires des différentes couches sociales représentatives de toutes les régions du Royaume
ont répondu à l'appel lancé par feu S.M. Hassan II et se sont dirigés en toute assiduité et sérénité vers les provinces du Sud en vue de les libérer du joug de l'occupation espagnole, munis de leur seule foi en la justesse de leur cause.

Fruit du génie créateur de feu S.M. Hassan II, cette épopée brillante et historique a suscité un élan patriotique inégalé et constitue, à juste titre, l'une des étapes les plus marquantes de l'épopée de l'indépendance et du processus de parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume. Cette Marche pacifique, unique en son genre qui avait frappé les esprits à l'époque, a illustré la parfaite symbiose entre le génie d'un Roi militant et d'un peuple valeureux et démontré au monde entier la ferme volonté des Marocains de défendre leurs valeurs sacrées et de récupérer leur droit spolié et leur détermination à concrétiser leurs objectifs en brisant les frontières artificielles entre les fils de la même patrie.

Dans le cadre d'un combat national sans répit, multiforme et de longue haleine, le Maroc, Trône et peuple, a consenti, durant près d'un demi-siècle, le plus lourd des sacrifices dans sa lutte contre le colonisateur qui a divisé le pays en des zones de tutelle, réparties entre le protectorat français (au centre du Maroc) et le protectorat espagnol (Nord et Sud du Royaume), alors que Tanger a été placée zone internationale, une chose qui a rendu plus compliquée et difficile la mission de libération du territoire national des occupants.
Ainsi, la victoire a été réalisée avec le retour d'exil du héros de la libération, feu S.M. Mohammed V, et l'illustre famille royale, le 16 novembre 1955, brandissant la banderole de l'indépendance. La fin de l'ère du protectorat, relève la même source, marque le début de l'épopée de la lutte pour l'édification d'un Maroc nouveau, dont la libération du reste de son territoire de l'emprise de l'occupation figure à la tête de ses priorités. Ainsi, l'Armée de libération a été mobilisée en 1956 dans le sud du Royaume avec le ferme engagement de parachever l'indépendance de l'ensemble du territoire national.

Le processus de libération, entamé durant le règne de feu S.M. Mohammed V dans la symbiose entre le Trône et le peuple, s'est poursuivi sous le règne de feu S.M. Hassan II. Le Maroc a ensuite continué son processus de lutte et de résistance en parvenant à récupérer la province de Tarfaya en 1958 et la ville de Sidi Ifni en 1969, un processus couronné par la grande Marche historique le 6 novembre 1975. Cette Marche témoigne de l'ingéniosité du Roi unificateur qui a réussi de manière civilisée et pacifique qui procédait de Sa conviction du droit au recouvrement des provinces du Sud, à hisser, le 28 février 1976, le drapeau national dans le ciel de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale dans le Sahara marocain. Le 14 août 1979, le Maroc récupère la province de Oued Eddahab, une importante étape dans le processus de l'épopée de la glorieuse Marche Verte. Le Maroc est plus que jamais déterminé à défendre sa souveraineté nationale et son intégrité territoriale sous la conduite éclairée de S.M. le Roi Mohammed VI, pour faire échouer toutes les manœuvres des ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume et défendre ses initiatives visant à clore définitivement le conflit artificiel autour de son Sahara, affirme la même source.

En partant de l'unanimité nationale autour de cette question, le Maroc œuvre à mettre fin à ce conflit artificiel qui n'a que trop duré et veille à consolider les liens de fraternité dans la région pour un Maghreb arabe unifié qui répond aux aspirations de ses peuples. En célébrant le 41e anniversaire de la Marche Verte, la famille du mouvement national et des anciens résistants et anciens membres de l'Armée de libération, renouvelle dans un climat de liesse, leur loyalisme indéfectible à S.M. le Roi, réitère sa mobilisation permanente derrière le Souverain pour préserver l'intégrité territoriale et affirme son soutien inconditionnel à l'initiative marocaine d'autonomie dans les provinces du Sud, cette initiative qui bénéficie du soutien de la communauté internationale et constitue un outil démocratique qui mettra un terme définitivement à ce conflit artificiel.







E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
21 Janvier 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés