Festival du cinéma d’animation de Meknès

«Ethel et Ernest» projeté en avant-première

,LE MATIN
21 Mars 2017
Ethel-et-Ernest.jpg

Dans le cadre de la 16e édition du Festival international du cinéma d’animation de Meknès (Ficam), le théâtre de l’Institut français de Meknès a accueilli, lundi soir, la projection en avant-première du quatrième film en compétition du long métrage, «Ethel et Ernest», du réalisateur Roger Mainwood. L’opus a été projeté en version originale, sous-titrée en français, en présence de son producteur, Stéphan Roelants, devant une salle comble.

Il court, il court ce Ficam. Depuis 16 ans, ce rendez-vous incontournable des amateurs du cinéma d’animation propose le best of des nouveautés du genre, avec comme dominante : une création qui ne se mesure pas en pixels. Cette année, le Festival affiche le grand format pour sa 16e édition, confirmé par la qualité des films projetés dans le cadre de la compétition internationale du long métrage d’animation. Dans ce sens, le film «Ethel et Ernest», adapté et réalisé par Roger Mainwood, depuis le roman graphique de Raymond Briggs, a été projeté lundi au Théâtre de l’Institut français de Meknès. Ce quatrième film en lice pour le grand prix de cette édition a été projeté en présence de son producteur Stéphan Roelants.L’opus raconte l’histoire d’Ernest et Ethel qui se rencontrent en 1928. En peu de temps, ils sont mariés, ont contracté un prêt et sont parents d’un jeune garçon. Ils sont l'illustration des solides membres de la classe ouvrière anglaise qui essuient de plein fouet la grande dépression, la Seconde Guerre mondiale, la prospérité de l’après-guerre et les basculements de la société des années 60. Ils s’inquiètent constamment pour leur enfant adoré, tout spécialement après son départ en école d’art. Au cœur du film se trouve une histoire d’amour, touchante et amusante, où les personnages touchent à l'universalité dans cette adaptation animée de l’hommage plein d’amour de Raymond Briggs à ses parents.

À travers un programme riche et éclectique, le Ficam tente cette année de renouer avec le succès de ses 15 précédentes éditions. Dès les premières images des films retenus pour cette édition, il n'échappera à personne que grâce à de récents progiciels d'animation, il a été possible de développer de nouvelles interactions entre personnages et objets ou entre personnages eux-mêmes. À l'œil nu, on découvre que l'animation en images de synthèse a fait un nouveau bond en avant. Cet univers de totale fantaisie, où l’on crée de toutes pièces grâce à l'ordinateur et à un sens peu commun du spectacle, est à mettre en lumière, enrichir et approfondir. Mais pas seulement.

Il est aussi question de sensibiliser le public marocain à ce cinéma d’animation, à l’évolution de ses formes et à l’émergence d’une nouvelle génération locale dans cette industrie. C’est dans cet esprit que le Festival international de cinéma d’animation de Meknès est né en 2001, sous l’impulsion de la Fondation Aïcha, avec le concours de l’Institut français de Meknès. Rendez-vous donc jusqu’au 23 mars à Meknès avec des créatures qui s'animent et vivent leur vie, avec plein de petits bonheurs et de grandes frayeurs. 

Un monde en couleur

Depuis son ouverture le 17 mars, le Ficam propose un programme pédagogique d’éducation à l’image sur le thème «Atelier Papier découpé et poudre animée: un monde en couleur», initié par l’Atelier de cinéma d’animation d’Annecy (AAA). Ce programme se poursuit jusqu’au 22 à l’Institut français de Meknès et propose une classe par demi-journée d’une durée de deux heures à 8 h 45 et 14 h 30. Porté par l’objectif d’éduquer, d’initier et de familiariser le large public avec l’animation, l’Atelier de cinéma d’animation d’Annecy et de Haute-Savoie propose des instants de partage ludiques et créatifs à ne pas manquer ! Les Studios AAA font découvrir aux élèves la technique du papier découpé, leur permettant ainsi de devenir à leur tour réalisateurs ! Ils pourront explorer les multiples possibilités qu’offre cette technique : dessiner, découper, assembler leurs personnages puis les animer image par image en direct sous caméra. L’occasion de leur faire découvrir ce qui se passe derrière la caméra !

 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
27 Avril 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés