Festival d'élégance et de créativité marocaine à Oujda

«La Magie de l’Oriental» dévoile ses atouts artistiques et culturels

Ouafaa Bennani,LE MATIN
20 Avril 2017
Festival-delegance-et-de-creativite-b.jpg

L’Association Alwan Charq pour la culture et le développement organise, les 28, 29 et 30 avril au Théâtre Mohammed VI, le Festival d'élégance et de créativité marocaine à Oujda. «La créativité au service du développement» est la thématique de cette première édition qui se veut un miroir reflétant les jeunes potentialités talentueuses du Maroc.

Mettre en valeur les atouts artistiques et créatifs des jeunes talents est le but de cet événement, à travers lequel les initiateurs souhaitent, grâce aux activités programmées, développer les échanges culturels et artistiques à l’échelle régionale, nationale et internationale. Encourager l’esprit d’entreprise et de créativité chez les jeunes et valoriser l’innovation dans les domaines de l’art, la culture et l’artisanat figurent également parmi les principaux objectifs de l’Association Alwan Charq pour la culture et le développement.

«Cette manifestation est un rêve devenu réalité qui se concrétise, à travers ce festival, grâce aux efforts conjoints de notre Association et de tous les partenaires qui nous soutiennent avec force, notamment le Conseil de la région de l’Oriental et les ministères de l’Artisanat et de la Culture. Sans oublier le dévouement et le dynamisme de notre directrice artistique, Nadia Sardaoui, qui ne ménage aucun effort pour la réussite de ce festival. Ils ont tous été à nos côtés pour faire de ce festival un événement grandiose à la mesure des ambitions de la ville d’Oujda et de ses potentialités. Car il faut le dire, cette région manque de ce genre d’activités qui peuvent lui donner plus de rayonnement et de valeur», souligne Fatiha Boudali, présidente de l’Association Alwan Charq pour la culture et le développement, qui n’a pas manqué de préciser qu’en prélude de l’événement, deux conférences auront lieu les 26 et 27 avril, respectivement, à la Chambre de l’artisanat et au Campus de la Faculté d’Oujda, afin de donner de plus amples détails concernant le festival, puis parler des atouts dont regorgent Oujda et toute sa région.

Les organisateurs évoquent, aussi, dans la présentation du projet, la richesse incontestable de la région de l’Oriental par ses traditions ancestrales, son architecture, son artisanat, son art culinaire et vestimentaire. Tout en rappelant la grande place qu’occupe la littérature dans toute la région, ainsi que la poésie, la musique (styles gharnati et raï) qui furent à l’origine de la création et du succès de plusieurs festivals, notamment celui du Raï d’Oujda, des Festivals de Gharnati, de Saïdia, de Figuig, d'Imerqane... 


Questions à Nadia Sardaoui, directrice artistique du Festival

«Notre objectif est de promouvoir la créativité marocaine»

Parlez-nous un peu de la genèse de ce Festival ?
L’idée de l’organisation de cet événement a germé lors de ma première rencontre avec Fatiha Boudali, la présidente de l’Association Alwan Charq pour la culture et le développement, et son époux le styliste Nabil, à l'occasion d'un défilé de Caftans à Rabat. Le courant est vite passé entre nous. Quand Fatiha a su que j'étais conceptrice de plusieurs projets culturels et sociaux, puis manager de certains artistes, elle m’a proposé tout de suite d’organiser à Oujda un événement qui puisse mettre en valeur les potentialités de la région de l’Oriental.

Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter, sachant que le premier pas est toujours difficile quand il n’y a pas beaucoup de moyens ?
Je n’ai pas hésité un seul instant. Car, moi-même, je rêvais toujours de faire quelque chose dans mon pays. Comme je vis en France, j’ai fait énormément de choses dans mon pays d’adoption. Mais je voulais aussi m’investir au Maroc. Donc, suite à ma première rencontre avec Fatiha, j’ai été invitée au Festival de Guercif et j’ai profité de l’occasion pour aller la voir à Oujda, afin de discuter de l’événement. On s’est mis d’accord sur l’organisation d’un défilé de mode, avec deux ou trois artistes pour des prestations musicales. On a aussi pensé à la communication, qui est très importante pour un tel événement.

Pour le défilé, vous avez effectué un casting avec des mannequins qui ne sont pas connus ? Pourquoi avoir pris ce risque ?
Parce que notre objectif est de mettre en relief les jeunes talents de la région et de tout le Maroc, afin de promouvoir la créativité marocaine. Donc il a fallu les dénicher à travers un casting qui s’est très bien déroulé, en présence d’artistes et d’éminentes personnalités de l’Oriental. Puis l’idée a commencé à se développer, d’une seule soirée on est passé à un festival de trois jours, avec plus d’artistes et de mannequins. On a bénéficié d'un grand soutien de la part de tous les membres de l’Association ainsi que des autorités locales.





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
17 Aout 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés