Management

Absentéisme, comprendre les causes pour mieux agir

Najat Mouhssine,LE MATIN
27 Juillet 2017
Absenteisme.jpg Il est important de faire un recensement des différentes situations d'absentéisme dans l’entreprise, pour ensuite répartir les chiffres selon les types d’absences, par département, par période de l’année…

Maladies, accident de travail, stress, épuisement professionnel… Nombreuses sont les causes de l’absentéisme en entreprise. Un phénomène qui fait toujours l’actualité et que les managers doivent prendre au sérieux en mettant en place des actions permettant de l’éradiquer ou du moins le réduire. Le point avec Hanane Oubidar, coach professionnelle, experte en ressources humaines et directrice générale et fondatrice du cabinet Seiton Consulting.

Éco-Conseil : L’absentéisme est un phénomène complexe.
Comment expliquer cette difficulté à le gérer ?
Hanane Oubidar : Il faut d’abord faire la distinction entre les différentes absences : absence pour maladies, Absence pour accident de travail, absence pour maladie professionnelle et absences injustifiées qui peuvent être liées à la vie personnelle des collaborateurs (organisation avec les enfants, la famille…), mais surtout liées au stress. Dans le cas des absences injustifiées, c’est surtout une conséquence d’un mal-être au niveau de l’organisation du travail ou d'un problème d’organisation du temps de travail.
À partir de ce constat, certaines entreprises doivent se poser les bonnes questions afin de comprendre le phénomène, analyser les causes des absences dans l’entreprise afin de pouvoir ensuite mettre en place les meilleurs leviers pour éradiquer le phénomène ou du moins le réduire. L’absentéisme est lié à l’état de santé physique et psychique des collaborateurs et les entreprises doivent prendre conscience de l’importance d’implémenter un vrai service de médecine et de psychologie du travail. Tant que les patrons n’auront pas pris conscience de leur responsabilité directe dans le taux d’absentéisme et de l’importance du bien-être de leurs collaborateurs, ce phénomène restera toujours
d’actualité.

Quelle solutions proposez-vous pour diminuer les effets de l'absentéisme ?
L’absentéisme n’est pas une fatalité que l’entreprise doit subir ! C’est un signal d’alarme, un symptôme qui témoigne d’un mal-être vécu par les collaborateurs, donc il faut agir ! Et le diagnostic reste l’étape préliminaire incontournable de tout projet ou action dans l’entreprise. Avant de décider quelles démarche ou action entreprendre, il est important de :
• Poser d’abord le contexte : dans quel secteur d’activité opère l’entreprise, réaliser un benchmark pour comparer le taux d’absentéisme de l’entreprise à celui des autres acteurs du secteur, utiliser les indicateurs clés du bilan social pour mieux cerner la problématique de l’entreprise, comme l’âge des collaborateurs, leur niveau d’étude, le niveau de rémunération comparé au marché, l’évolution de carrière…
• Faire un recensement de l'absentéisme dans l’entreprise, ensuite répartir les chiffres selon les types d’absences, par département,
par période de l’année, par âge des collaborateurs…
Cette analyse va permettre au DRH et/ou au DG de mieux comprendre les cycles de l’absentéisme et surtout d’identifier les départements ou services où le phénomène est le plus accentué ! Il est quasiment impossible de trouver que le problème touche l’ensemble des départements avec la même portée !

Quel est l'impact des managers sur l'équilibre émotionnel psychologique des collaborateurs ?
Les études ont démontré que les entreprises qui souffrent d’un taux d’absentéisme élevé doivent se pencher dans un premier temps sur les conditions de travail : organisation des espaces, réaménagement des plannings et des charges de travail par période de l’année. Une méthode simple et efficace consiste à créer un groupe de travail avec des représentants des départements où le taux d’absentéisme est le plus élevé et de se pencher ensemble, en présence du DRH et du médecin du travail, sur les chiffres pour essayer d’en comprendre l’ampleur et l’impact et trouver des pistes d’amélioration.
L’impact des managers sur l’équilibre émotionnel et psychologique des collaborateurs n’est pas non plus négligeable : pour savoir si les collaborateurs souffrent d’un comportement malsain au niveau de l’organisation, il est possible de procéder à des entretiens individuels, à des ateliers en équipes ou encore à des Survey afin de permettre aux collaborateurs d’évaluer leur manager de façon direct et anonyme. Ensuite, il incombe aux dirigeants de mettre en place les actions correctives qui ont été décidées et de réaliser des points de contrôle afin de mesurer l’impact des actions et de les réadapter selon les besoins. Il est à noter qu’il n’y a pas d’action miracle et que le DRH n’a pas une baguette magique qui permettrait de réduire à zéro le taux d’absentéisme ! Tous les managers ont leur part de responsabilité et les actions décidées doivent être validées, acceptées et mises en place par tous ! .





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
10 Aout 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés