Fusillade à Al Qods

Deux policiers tués et les auteurs abattus

Avec Agences,LE MATIN
14 Juillet 2017
Fusillade-a-Al-Qods-bn.jpg La vieille ville d'Al Qods a été entièrement bouclée, le 14 juillet, par les forces de police peu après les échanges de tirs. Ph. Reuters

Le Président palestinien, Mahmoud Abbas, et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, se sont entretenus au téléphone vendredi cherchant à calmer le jeu après une attaque meurtrière dans la vieille ville d'Al Qods qui a fait deux morts parmi les policiers.

Trois arabes israéliens ont ouvert le feu dans la vieille ville d'Al Qods vendredi, tuant deux policiers, avant d'être abattus sur l'esplanade des Mosquées, un des incidents les plus sérieux de ces dernières années dans ce secteur, au cœur du conflit israélo-palestinien. Suite à l'attaque, la police a annoncé la fermeture de toutes les entrées de l'esplanade des Mosquées et l'annulation des prières du vendredi sur l'édifice, situé à Al Qods-Est annexée et occupée par Israël. Signe des inquiétudes quant à une éventuelle recrudescence des tensions, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, et le Président palestinien, Mahmoud Abbas, ont eu un entretien téléphonique, selon l'agence de presse palestinienne Wafa.

Il s'agit de la première attaque d'une telle ampleur à l'arme à feu depuis des années dans la vieille ville. C'est la première fois depuis 2000, au moment de l'explosion de la deuxième intifada, que les prières du vendredi sont annulées. La police n'a pas confirmé l'information. Le mufti d'Al Qods, Mohammed Hussein, a dénoncé le bouclage de l'esplanade des Mosquées et l'annulation des prières. «Il n'y a pas de raison de fermer la mosquée pour la prière du vendredi», a-t-il dit à des journalistes. Les autorités palestiniennes à Ramallah, en Cisjordanie occupée, ont également condamné les dernières mesures israéliennes. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
14 Juillet 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés