Rapport

Le changement climatique favorise la recrudescence de maladies

,LE MATIN
19 Mars 2017
Consommation-d'énergie.jpg

Les émissions mondiales de gaz carbonique liées à l'usage de l'énergie ont stagné pour la troisième année consécutive en 2016, en raison de la montée en puissance des énergies renouvelables et du gaz naturel au détriment du charbon, a indiqué l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Ces émissions sont de plus en plus décorrélées de la croissance économique (+3,1%) du fait des progrès réalisés en termes d'efficacité énergétique, des changements structurels de l'économie mondiale et d'une prise de conscience accrue du changement climatique. Les émissions de CO2 sont restées stables en Europe et ont diminué aux États-Unis et en Chine, les deux plus gros émetteurs et consommateurs d'énergie. «Ces trois années de stabilité des émissions dans une économie mondiale en croissance marquent l'émergence d'une tendance», a commenté le directeur exécutif de l'AIE, Fatih Birol. Outre-Atlantique, les émissions de CO2 ont reculé de 3% atteignant un plancher depuis 1992, dans une économie en croissance de 1,6%. Cette baisse s'explique par le boom du gaz de schiste et d'une production électrique d'origine renouvelable plus compétitive, qui ont supplanté en partie le charbon, l'énergie fossile la plus polluante. En Chine, les émissions de CO2 se sont repliées de 1%, dans le sillage également d'une baisse de la demande de charbon, sous le coup de mesures anti-pollution, malgré une croissance économique de 6,7%. En Europe également, le charbon a perdu du terrain, avec une demande en baisse de 10% contre une hausse de 8%  pour le gaz. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Mars 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés