Prévisions de croissance de la Banque mondiale

Le Maroc fera mieux que la région MENA et l'Afrique subsaharienne en 2017

Moncef Ben Hayoun,LE MATIN
11 January 2017 - 17:37
la-région-MENA.jpg Les prévisions de la Banque mondiale se situent entre les projections de Bank Al-Maghrib (4,2%) et celles du Haut-commissariat au Plan (3,5%), mais en dessous de celles du gouvernement (4,5%).

Le rythme de croissance de l’économie marocaine devrait dépasser, cette année, la moyenne mondiale (2,7%), celle de la région MENA (3,1%) ou encore de l’Afrique subsaharienne (2,9%). Dans son nouveau rapport sur les perspectives de l’économie mondiale, l’institution de Bretton Woods table sur 4% pour le Maroc.

La Banque mondiale vient de livrer ses prévisions de croissance pour l’économie mondiale en 2017. Selon son rapport «Global Economic Prospects» publié le 10 janvier au soir, le Maroc fera mieux que la moyenne mondiale, celle de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) ou encore de l’Afrique subsaharienne. L’institution de Bretton Woods estime, en effet, que le PIB du Maroc augmenterait de 4% cette année, soit 2,5 points de plus qu’en 2016 (1,5%), grâce essentiellement à la reprise du secteur agricole. Les prévisions de la Banque mondiale se situent ainsi entre les projections de Bank Al-Maghrib (4,2%) et celles du Haut-commissariat au Plan (3,5%), mais en dessous de celles du gouvernement (4,5%).
À l’échelle de la région MENA, la croissance atteindrait 3,1% au lieu de 2,7% en 2016, selon l’institution mondiale. «Les importateurs de pétrole enregistrant la progression la plus importante», soulignent les économistes de la Banque. En effet, pour les pays importateurs de pétrole de la région, la croissance moyenne se situerait à 3,9%, contre 2,9% pour les économies exportatrices de l’or noir. Au niveau des pays du Maghreb, la croissance en Algérie baisserait à 2,9% après 3,6% en 2016. En revanche, l’économie tunisienne reprendrait à 3% au lieu de 2% l’année dernière.
En outre, l’Afrique subsaharienne devrait enregistrer une croissance «modeste, à 2,9%, la région continuant de s’ajuster à la baisse des prix des produits de base». 

Selon le rapport de plus de 250 pages publié en anglais, la croissance en Afrique du Sud et chez les exportateurs de pétrole devrait être plus faible, alors qu’elle resterait solide dans les économies ne dépendant pas étroitement des ressources naturelles. En Afrique du Sud, les prévisions livrent une croissance en légère hausse, à 1,1%, cette année. Le Nigeria sortirait de la récession et rebondirait de 1%.

Tassement «inquiétant» des investissements dans les économies émergentes et en développement
Globalement, «la croissance économique mondiale devrait s’accélérer modestement pour atteindre 2,7% en 2017 après le creux de l’après-crise, l’an passé, grâce à la diminution des obstacles à l’activité dans les marchés émergents et les économies en développement qui sont des exportateurs de produits de base, et à une demande restant robuste dans les pays importateurs», est-il souligné dans le rapport de la Banque mondiale. La croissance des économies avancées, elle, atteindrait 1,8%. Celle des marchés émergents et des économies en développement, pris dans leur ensemble, passerait de 3,4% l’an passé à 4,2% cette année «sur fond de hausse limitée des prix des produits de base».

Le rapport analyse, par ailleurs, le tassement «récent et inquiétant» des investissements dans les marchés émergents et les économies en développement, «qui représentent un tiers du PIB mondial et renferment près des trois quarts de la population et des pauvres de la planète». La croissance des investissements a chuté à 3,4% en 2015 contre 10% en moyenne en 2010, et «elle s’est probablement encore contractée d’un demi-point de pourcentage l’an passé». À noter qu'à moyen terme, la Banque mondiale prévoit pour le Maroc une croissance de 3,5% en 2018 et de 3,6% l’année suivante, contre 3,3 et 3,4% respectivement pour toute la région MENA.      







E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
24 Janvier 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés