Transactions

Le système de paiement mobile activé en septembre

Moncef Ben Hayoun,LE MATIN
10 Avril 2017
Le-système-de-paiement-mobile-activé.jpg

Le système national de paiement mobile, en projet depuis 2015, est annoncé pour septembre prochain. Il révolutionnera les modes de paiement, en permettant aux consommateurs d'effectuer leurs transactions sans recourir au cash, jugé coûteux. Banques, établissements de paiement, Switch et opérateurs télécoms sont à pied d'oeuvre pour négocier ce grand virage.

Big-bang attendu dans les modes de paiement. Bank Al-Maghrib doit dévoiler en septembre prochain le modèle adopté pour le système national de paiement mobile. Selon les milieux bancaires, cette opération marquera le lancement officiel au Maroc de ce système initié par la Banque centrale en partenariat avec l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) et en collaboration avec le ministère de l’Économie et des finances et celui de l’Industrie.

Le lancement se fera à travers des opérations pilotes de paiement mobile. En projet depuis 2015, la solution nationale de paiement mobile (Business model arrêtant les spécifications techniques fonctionnelles et opérationnelles ainsi que le modèle de gouvernance) intervient dans un contexte marqué par la prédominance du cash et la faiblesse de l’utilisation des moyens de paiement scripturaux qui ne représentent que 4,5 transactions/habitant/an.
Selon un expert bancaire, le cash représente jusqu’à 90% des transactions de la population bancarisée. Pour les non-bancarisées (plus de 38% de la population), presque 100% de leurs paiements se font en cash. Selon les derniers chiffres (rapport 2015 sur les systèmes et les moyens de paiement et leur surveillance) de Bank Al-Maghrib, la demande en cash maintient son trend haussier. Pour la première fois, la circulation fiduciaire a dépassé la barre des 200 milliards de DH pour s’établir à 206 milliards à fin 2015, en hausse de 7,4% un an auparavant. Cette augmentation est la plus significative après le pic de 9% en 2011 et se justifie principalement par l’impact d’une bonne campagne agricole durant cette année.

En volume, la circulation des signes monétaires avoisine un total de 1,438 milliard de billets de banque et de 2,569 milliards de pièces de monnaie (chiffres 2015). Avec une part de 99% dans la masse fiduciaire en circulation, les billets de banque s’inscrivent en hausse de 7,4% pour s’établir à 203 milliards de DH, soit 1,4 milliard d’unités. La circulation de la monnaie métallique, elle, s’est établie à 3 milliards de dirhams à fin 2015 (+7,3% par rapport à 2014), soit 2,6 milliards d’unités. S’agissant des moyens de paiement scripturaux, ils restent pour leur part dominés, en termes de montants échangés, par les chèques (53%), loin devant les virements (33%). Les transactions de paiement par cartes ne représentent que 0,5% des opérations.
Si Bank Al-Maghrib a opté pour une solution nationale de paiement mobile, c’est que le recours à des transactions en espèces a un coût jugé très élevé, actuellement supporté par les différents acteurs économiques. Ainsi, le système national de paiement mobile se veut globalement une solution largement diffusée et à bas coût. Sa mise en œuvre effective sera actée par différents acteurs partenaires (banques, établissements de paiement, Switch et opérateurs télécoms, notamment). Ces derniers sont déjà préparés pour ce marché. À titre d’exemple, Damane Cash, la filiale à 100% du groupe BMCE Bank Of Africa spécialisée dans le transfert d’argent (200 points de vente) mutera en opérateur de paiement mobile. Outre les banques, les opérateurs télécoms devront aussi bien se positionner sur ce marché surtout que le taux de pénétration du mobile au Maroc dépasse les 120%.
Rappelons que Bank Al-Maghrib et l’ANRT ont déjà pu, à travers des études préliminaires, identifier les premiers flux des transactions qui pourraient être dématérialisées, les profils socio-économiques concernés, les besoins technologiques et les plateformes techniques à mettre en œuvre ou à faire évoluer, les adaptations et évolutions à opérer ainsi que les pistes de complémentarité entre les modes de paiement existants et le paiement mobile. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
13 Juin 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés