France

Les deux hommes interpellés à Marseille avaient l'intention de commettre un attentat

Avec Agences,LE MATIN
18 Avril 2017
France-b.jpg Les deux hommes ont été arrêtés dans le cadre d'une enquête en flagrance ouverte à Paris pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste».

Les deux hommes interpellés mardi à Marseille avaient l'intention de commettre à très court terme un attentat sur le sol français, a affirmé le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl.

Citant une source proche de l'enquête, des médias français avaient indiqué auparavant que deux hommes soupçonnés d'avoir projeté des attaques terroristes pendant la campagne en vue de la présidentielle en France, dont le premier tour est prévu dimanche, ont été arrêtés mardi à Marseille.
«Les deux hommes radicalisés, nés respectivement en 1987 et 1993, de nationalité française, avaient l'intention de commettre à très court terme, c'est-à-dire dans les tout prochains jours, un attentat sur le sol français», a précisé le ministre, lors d'un point presse, expliquant que les investigations, «grâce aux perquisitions toujours en cours, ont apporté des éléments permettant de matérialiser ce projet d'attentat terroriste».

«Des opérations de sécurisation et de déminage sont en cours» dans le 3e arrondissement de Marseille où les deux hommes ont été arrêtés «entre 10 et 11 heures», a ajouté le ministre. Il a en outre rappelé qu'à quelques jours de l'élection présidentielle, tout est mis en œuvre pour assurer la sécurité de «ce rendez-vous majeur pour notre démocratie». «Les services du ministère de l'Intérieur sont totalement et plus que jamais mobilisés partout en France pour assurer la sécurité des Français, pour assurer le bon déroulé de la campagne présidentielle, pour assurer la sécurité des meetings et des rassemblements, pour assurer la sécurité des candidats et de leurs quartiers généraux de campagne», a-t-il dit. «Plus de 50.000 policiers, gendarmes et militaires» seront déployés pour assurer la sécurité de l'élection, notamment dans les 67.000 lieux de vote, a précisé le ministre.
Connus des services de police pour radicalisation, ces deux hommes ont été arrêtés dans le cadre d'une enquête en flagrance ouverte à Paris pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste». Leur interpellation s'est produite dans un appartement qu'ils louaient, dans lequel des perquisitions étaient toujours en cours.





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
17 Juin 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés