Venezuela

L'opposition tient une consultation populaire sur le projet de l'Assemblée constituante

,LE MATIN
16 Juillet 2017
Venezuela.jpg

L'opposition vénézuélienne devait organiser dimanche une consultation populaire sur le projet du Président Nicolas Maduro de changer la Constitution, un acte qualifié de «désobéissance civile» contre le Chef de l’État cherchant à matérialiser le rejet par les Vénézuéliens de l'Assemblée constituante, après plus de trois mois de manifestations violentes ayant fait 95 morts.

Non reconnu par les autorités, ce vote traduit l'opposition de près de 70% de la population à ce projet dont la majorité (80% des Vénézuéliens) dénonce la gestion de M. Maduro, selon la société de sondages Datanalisis. Lors des législatives de fin 2015, les anticavistes se sont largement imposés avec 2,1 millions de voix d'avance sur le camp présidentiel. Devenus majoritaires au Parlement, ils ont mis fin à 17 ans d'hégémonie chaviste.
Le gouvernement déclare que cette future assemblée sera un «super pouvoir» qui aura la capacité de dissoudre le Parlement, qu'elle apportera la paix et permettra au pays de se redresser économiquement. L'Assemblée constituante voulue par le Président Maduro, et dont les 545 membres seront élus le 30 juillet, aura pour mission de modifier la Constitution en vigueur pour assurer, selon lui, la stabilité politique et économique du Venezuela. Selon les observateurs, Nicolas Maduro pourrait utiliser cette assemblée pour «gouverner sans limites», devant son incapacité de remporter des élections classiques et alors que l'opposition a refusé de présenter des candidats.

Pour bloquer le processus de la future assemblée, un rejet du haut commandement militaire serait nécessaire. Or l'armée, acteur incontournable du jeu politique national, a exprimé à plusieurs reprises sa «loyauté inconditionnelle» au Président Maduro, par ailleurs très impopulaire dans ce pays en profonde crise politique et économique. Le mandat de Nicolas Maduro court jusqu'à janvier 2019, mais l'opposition craint que la Constituante ne change le système électoral pour permettre au chavisme de rester au pouvoir. C'est pour cela qu'elle assure que la consultation populaire de dimanche sera le début de son «offensive finale». 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
17 Juillet 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés