Complexe solaire Noor Midelt

Masen planche sur les travaux d’adduction en eau

,LE MATIN
15 Mars 2017
Complexe-solaire-Noor-Midelt-b.jpg Noor Midelt est jusqu’ici le plus grand complexe solaire envisagé par Masen avec une capacité pouvant atteindre 800 MW.

Masen accélère la mise en place des infrastructures pour le développement du projet solaire Noor Midelt. La Moroccan Agency for Solar Energy planche actuellement sur la réalisation des travaux d’adduction en eau de ce complexe solaire, le plus grand envisagé jusqu’ici par Masen en termes de capacité avec une puissance pouvant atteindre 800 MW durant les prochaines phases. À cet effet, un appel d’offres vient d’être lancé par l’Agence. Le site choisi pour l’implantation du projet Noor Midelt est situé à environ 15 km au nord-est de la retenue du barrage Hassan II et à environ 20 km de la ville de Midelt, précise le top management. Le site est prévu sur une superficie globale de 4.000 hectares environ. Les travaux programmés dans le projet d’adduction en eau industrielle et potable concernent la prise d’eau au niveau du barrage, la réalisation des conduites d’adduction en eau, les bâches et réservoirs, la route d’accès ainsi que la télégestion.

L’appel d’offres qui vient d’être lancé porte sur la réalisation des travaux d’adduction d’eau brute et potable à partir de la ressource du barrage Hassan II pour les besoins du site du complexe énergétique Noor Midelt. L’ouverture des plis est prévue pour le 14 avril prochain. Parallèlement, Masen travaille sur la préqualification des soumissionnaires pour le développement de Noor Midelt Phase I, d’une capacité d’environ 400 mégawatts. La liste restreinte des candidats (short-list), retenue pour la dernière étape de la mise en concurrence, devra être dévoilée ce premier semestre 2017. Comme nous l’annoncions en exclusivité en janvier dernier, les financements pour Noor Midelt Phase I sont pratiquement sécurisés. Le montage financier envisagé par Masen pour le développement de ce projet comprend à ce jour six bailleurs de fonds internationaux. Le coût global de cette première phase est estimé à 2,2 milliards de dollars. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
13 Juin 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés