Formation

Mettez à jour vos compétences grâce au digital !

,LE MATIN
06 Mars 2017
Mettez-a-jour-vos-competences.jpg Les entreprises doivent adopter un comportement managérial soft pour renforcer la culture agile que requièrent les projets de transformation digitale et les propositions de services qui en découlent.

À l'ère numérique, les ressources humaines deviennent la pierre angulaire du défi de maîtrise par les entreprises de la transformation digitale. Pour relever ce défi, la formation tout au long de la vie s'avère indispensable et l’évolution constante des technologies d’information et de leurs applications constitue une opportunité pour développer les compétences de son capital humain. Le point avec Hassan Chagar, docteur en sciences de gestion, actif dans le domaine de la recherche et de l'enseignement en management.

Éco-Conseil : Comment faire face à l’obsolescence des compétences à l’ère de la transformation digitale ?
Hassan Chagar : L’ère du digital que représente l’évolution vertigineuse des technologies d’information aggrave l’obsolescence des produits et services, accélère la transformation des processus, propose de nouveaux model-business de pérennité des métiers et appelle par conséquent de nouvelles compétences. Les ressources humaines deviennent des cogniticiens, parfois assimilées à des objets, qui évoluent à grande vitesse dans le nouveau monde d’échanges et de communication entre objets. Elles deviennent alors la pierre angulaire du défi de maîtrise par les entreprises de la transformation digitale.
Les entreprises sont, en effet, appelées à renforcer leurs capacités digitales et leurs capacités de leadership pour tirer profit des nouvelles propositions technologiques et asseoir un système de management et de gouvernance générateur de valeur ajoutée.
Elles doivent adopter un comportement managérial soft pour renforcer la culture agile que requièrent les projets de transformation digitale et les propositions de services qui en découlent. En tant que salarié ou entrepreneur, on est ainsi censé développer sa culture numérique et adopter de nouvelles capacités et compétences permettant de travailler en réseau, d’opérer en mode processus, de s’adapter aux cycles de changement rapides et d’être orienté vers la performance renouvelable.

Des entreprises optent désormais pour la formation via des cours en ligne ouverts ou propres à l’entreprise (Mooc, Spoc, Cooc). Quels avantages et quelles limites de cette approche ?
L’évolution constante des technologies d’information et de leurs applications est une opportunité de développement de manière durable des offres de formation. Les métiers de formation ont tiré profit des opportunités digitales des réseaux à haut débit, des échanges multimédias, des solutions de mobilité et de l’adoption des écrans sous toutes leurs formes (smartphone, tablette, phablette…).
On parle alors de la formation digitale qui offre, via plusieurs formules, des espaces de diffusion et de partage de connaissance et aussi des espaces d’évaluation et de reconnaissances des compétences.
Le Massive Online Open Cours (Mooc), le Small Private Online Course (Spoc) ou le Corporate Open Online Course (Cooc) sont des modèles d’offre de formation digitale qui tentent de proposer aux entreprises et aux clients des solutions d’apprentissage adaptées du processus de formation. Ces formes nouvelles d’apprentissage augurent une offre de formation généralisée, accessible, rapide et à proximité de toutes les connaissances via Internet. Elles ont déjà annoncé la transformation de l’école et des formations classiques et révèlent un nouveau profil de compétence : la compétence internationale !

Quelle démarche pour encourager les collaborateurs à se former et mettre à jour leurs compétences ?
L'organisation à but non lucratif Institute For The Future (IFTF) décrit le chemin vers 2020 comme étant un contexte où le paysage de la main-d’œuvre doit gérer plusieurs défis perturbateurs. Il s'agit par exemple de l’évolution de la longévité et la durée de vie des carrières, de l’évolution vers un monde totalement programmable, de l’émergence de superstructures dont la productivité et la valeur ajoutée sont pilotés par technologie, ou encore de la globalisation de la connectivité à travers le monde. Pour que les collaborateurs puissent être des auteurs-acteurs dans ce contexte de changement et en tirer profit, ils doivent cultiver les dix compétences proposées par l'IFTF, à savoir :
1. Sense Making : développer les capacités à capter, connecter et interpréter les connaissances pour donner un sens au quotidien et à l’avenir.
2. Pensée novatrice et adaptative : développer les capacités de prises d’initiatives, l’esprit d’analyse critique et la culture d’amélioration continue.
3. Intelligence sociale : développer les compétences émotionnelles et relationnelles.
4. Transdisciplinarité : développer les connaissances de manière différenciée (langue, culture, discipline…).
5. Pensée de calcul (ordinateur) : développer les compétences intellectuelles et logiques et aussi les capacités de synthèse et de cohérence.
6. Alphabétisation des nouveaux médias : développer le langage, le lexique et la culture technologique.
7. Gestion de la charge cognitive : développer la capacité de sélection et de renouvellement des connaissances.
8. Compétence interculturelle : développer les connaissances culturelles et l’ouverture aux différents courants de pensée.
9. État d’esprit de concepteur : développer son Design Thinking et la capacité d’abstraire les réalités pour aller vers l’essentiel.
10. Collaboration virtuelle : développer la capacité de collaborer avec ou via les machines connectées.
Ces dix compétences peuvent offrir un schéma directeur de développement des compétences des collaborateurs selon les différents moyens, notamment ceux facilités par la transformation digitale de l’industrie des connaissances.





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
20 Mai 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés