Achat en ligne

Où en sont les sites de deals ?

Hafsa Sakhi,LE MATIN
10 Avril 2017
Achat-en-ligne-b.jpg Le rapport sur les tendances du e-commerce au Maroc, publié par Jumia Market, met en avant l’engouement pour les produits high-tech, aux côtés des vêtements et des chaussures.

Nombreux et diversifiés il y a quelques années, les sites de deals ont vu leur nombre s’amenuiser peu à peu, jusqu’à se réduire de moitié. Quelles sont les raisons de cette perte de vitesse ? Les consommateurs se seraient-ils lassés de cette tendance ? Les sites n’auraient-ils pas réussi à satisfaire leur clientèle ? Voici quelques éléments de réponse.

Plusieurs personnes interrogées ont exprimé leur insatisfaction vis-à-vis des services des sites de deals qui, selon elles, laissent à désirer. «Je n'utilise plus beaucoup les sites de deals, car au fil des ans je me suis rendu compte que les promotions sont parfois mensongères et la qualité des produits et des services proposés par ces sites ne sont pas toujours à la hauteur de mes attentes», explique une consommatrice. Même son de cloche chez une autre consommatrice : «Au début, j’étais inscrite à tous les sites de deals pour profiter des offres qu’ils proposaient et j’achetais plusieurs services fournis par eux. Malheureusement, dans la majorité des cas, j’étais déçue par le résultat. En réduisant les prix des prestations, force est de constater que la qualité n’était pas du tout au rendez-vous. Aujourd’hui, je me suis désabonnée de tous les sites. D’ailleurs, je crois qu’il n’en existe plus beaucoup».
En effet, plus de 40% des sites de deals ont disparu du marché marocain, selon Yahya Qachach, président de l’Association marocaine pour le e-commerce et les services en ligne (Amecsel). Un constat assez troublant lorsqu’on sait que le e-commerce affiche un chiffre annuel de 23 milliards de DH à fin 2016, selon des chiffres de la Fédération nationale du e-commerce au Maroc.

Les sites marchands affiliés au CMI ont réalisé 2,6 millions d’opérations de paiement en ligne via cartes bancaires, marocaines et étrangères, pour un montant global de 1,3 milliard de DH durant les 9 premiers mois de 2016, d’après le rapport d’activité monétique de CMI au 30 septembre 2016.
Alors si le consommateur marocain semble ouvert aux achats en ligne, comment expliquer la baisse importante du nombre de sites deals sur le marché marocain. «Voulant profiter de l'engouement du secteur à l'époque, plus d'une cinquantaine de sites de deals avaient vu le jour en l'espace de quelques mois. Lors de l'apparition d'un nouveau marché, il est normal de voir plusieurs petits acteurs émerger avant que le marché ne se recentre sur les acteurs principaux. Leur disparition s’explique par trois raisons : tout d'abord, une mauvaise gestion de la relation clientèle. Plusieurs sites ont sans doute omis la nécessité d'avoir des conseillers qui répondent aux demandes des clients, et une expérience client désastreuse est synonyme de perte de crédibilité», souligne Kamal Reggad, fondateur et PDG de Hmizate.ma & Hmall.ma. Et d’ajouter : «une grande majorité de ces sites de deals se sont contentés de dupliquer les offres en ligne sur notre site, allant jusqu'à les diffuser sans l'accord préalable du partenaire. Les clients payaient donc leurs bons et ne pouvaient en bénéficier une fois sur place (notamment pour les hôtels). Ceci a impacté fortement l'image de certains sites qui n'ont pas tardé à voir fuir leurs clients. Enfin, nous pensons que l'extension de l'offre vers de nouveaux segments (hôtels, séjours & loisirs) a été peu maîtrisée par certains acteurs du marché. Plusieurs sites se sont contentés de diffuser des deals Spa ou restaurants et n'ont donc pas pu recruter de nouveaux clients, ni fidéliser les plus anciens».

Une autre explication est donnée par l’Amecsel. En effet, son président, Yahya Qachach, souligne que : «La culture de la société marocaine n’est pas compatible avec les sites de deals. Acheter des services ou produits via ces sites ressemble pour certains à un jeu de hasard. Tu ne sais jamais sur quoi tu vas tomber. Aussi, l’absence de réglementation, qui faisait défaut au secteur au départ, a fait que plusieurs personnes se sont lancées dans le domaine sans être vraiment préparées et sans répondre réellement à la demande de la clientèle».

Cette dernière étant majoritairement âgée de 25 à 34 ans, selon le rapport sur les tendances du e-commerce au Maroc en 2015, publiée par Jumia Market, est une population exigeante et «connectée». «Le consommateur marocain est aujourd'hui très exigeant à l'égard des offres qui lui sont proposées sur le Net. Il passe 3 à 4 fois plus de temps en ligne et utilise Internet pour s'informer mais aussi pour acheter. Les habitudes de consommation évoluent donc davantage vers le Online. Les gens ont de moins en moins de temps et plus de pouvoir d'achat. Nous jugeons que l'année 2017 est un tournant dans le secteur du e-commerce au Maroc et tous les ingrédients sont présents pour réussir notre année», estime Kamal Reggad. Encore faut-il mettre en place une réglementation apte à gérer le secteur. «Le secteur commence à peine à se structurer. Pour promouvoir le e-commerce et les sites de deals, il faut mettre en place une règlementation efficace, ce qui permettra d’instaurer la confiance entre les consommateurs et ces sites», affirme Qachach.

En outre, concernant les tendances et deals qui intéressent le plus le consommateur marocain, le fondateur de Hmizate.ma souligne que les voyages se placent en première position, qu’ils soient à destination du marché local ou à l’étranger. «Cette évolution est sans doute liée à l'augmentation du pouvoir d'achat, vu que davantage de Marocains réservent une portion non négligeable de leurs revenus pour les voyages. D’ailleurs, nous on mise sur des offres familiales avec des établissements et des chaînes de renom. Ensuite, nous avons constaté une demande croissante sur les offres pour l'événementiel (Marrakech du rire, Jazzablanca, etc.) ou les loisirs (parcs d'attraction, cinéma, etc.) et nous avons donc décidé de développer ce segment dans les quelques mois à venir», explique Kamal Reggad.

De son côté, le rapport sur les tendances du e-commerce au Maroc, publié par Jumia Market, met en avant l’engouement pour les produits high-tech, aux côtés des vêtements et des chaussures. «Les bijoux, les montres et les parfums font partie également des tops de ventes sur les plateformes d'achat en ligne au cours des deux dernières années. En outre, les produits pour la santé et le sport ont connu un énorme succès durant le premier trimestre 2015, mais aussi les produits pour la cuisine durant le mois sacré du Ramadan», lit-on dans le rapport. 

 



Déclaration de Kamal Reggad, fondateur et PDG de Hmizate.ma

«Le nom Hmizate.ma a conquis le cœur des Marocains et est devenu très vite la référence du e-commerce avec pour slogan “les meilleures offres aux meilleurs prix”. Notre stratégie a toujours consisté à diffuser des offres compétitives tout en gardant une grande qualité et un grand choix de partenaires. Nous avons, par exemple, mis en place un barème pour évaluer la qualité de nos partenaires (grille qualité) et nous procédons de manière régulière à des appels mystères, des tests sur place, afin de nous assurer de la conformité des deals qu'on propose sur le site. L'expérience de nos clients a d'ailleurs toujours été au cœur de nos préoccupations et nous envoyons régulièrement des questionnaires de satisfaction pour garder cette proximité avec le client et améliorer bien entendu nos services. Hmizate.ma a toujours su être pionnier avec plus de 85% des parts de marché, et notamment une avance sur le plan de la technologie. Nous avons été les premiers à proposer un système de réservation pour les hôtels, une application mobile avec géolocalisation ou encore récemment un système de scan des bons “paperless” via Smartphone. Nous investissons énormément en R&D et sommes persuadés que c'est la clé de réussite pour continuer à se différencier sur notre marché.» n

E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
13 Juin 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés