Création d’entreprises

Promouvoir l’entrepreneuriat, une nécessité

Mohamed Sellam,LE MATIN
26 Avril 2017
Creation-dentreprises-b.jpg Plus qu’une simple affaire de sensibilisation des jeunes, l’aventure entrepreneuriale nécessite le développement de compétences techniques et comportementales pour réussir.

Au-delà des compétences innées, l’entrepreneuriat nécessite des connaissances multiples pour appréhender les différentes facettes d’un projet (management, développement, finance...). D’où le besoin de bien se préparer et de se former avant de créer son entreprise.

Face à un taux de chômage de plus en plus important, de nouveaux modèles économiques voient le jour, avec comme mot d’ordre l’innovation. Cette situation a en effet poussé les différents acteurs au Maroc à mettre en place des stratégies pour promouvoir l'entrepreneuriat chez les jeunes, clé de la création de valeur et de richesse.
Plus qu’une simple affaire de sensibilisation des jeunes, l’aventure entrepreneuriale nécessite le développement de compétences techniques et comportementales pour réussir, quelle que soit la nature du projet. Pour ce faire, les acteurs du monde de l'éducation et de la formation jouent un rôle primordial pour la formation d’une génération d’entrepreneurs bien outillés afin de créer leurs entreprises.
Bon nombre de formations et de modules dédiés à l'entrepreneuriat ont été mis en place au niveau des universités et autres établissements de l'enseignement supérieur, privés et publics, et les partenariats avec les organismes internationaux se sont renforcés pour former les étudiants porteurs de projets et les doter des outils et techniques nécessaires pour réussir.

Un bon exemple est celui de la Faculté des sciences Ben M'Sik de l'Université Hassan II de Casablanca. Cette dernière a mis en pratique une réelle politique d'enseignement de différents modules autour de la notion de l'entrepreneur, de l'entrepreneuriat et de l'entreprise.
Pour relever ce défi, «plusieurs programmes de formation de formateurs ont été dispensés au profit de professeurs de différentes branches (biologie, chimie, géologie, mathématiques, physique). Plusieurs enseignants sont ainsi accrédités facilitateurs nationaux du programme CLE (Comprendre l'entreprise) par l'Organisation internationale du travail (OIT). D'autres programmes viennent enrichir le contenu des modules tels que “Désir d'entreprendre” du CNAM-Paris et la “Stratégie entrepreneuriale” de l'IAE de Besançon», indique Pr Anass Kettani, coordonnateur du Pôle Entrepreneuriat, Innovation et Interface de la faculté. Selon le coordinateur de l’entité composée de plus de 12 professeurs représentant l'ensemble des filières de l'établissement, les méthodes pédagogiques utilisées sont très modernes, insistant sur les séances de coaching en petits groupes dédiées à la recherche d'idées innovantes et surtout à la concrétisation de projets très réalistes et répondant à un besoin du marché économique marocain ou international.

«Aussi bien en licence qu'en master (Bac+5), les cours en entrepreneuriat sont renforcés par l'intervention d'invités du monde socio-économique pour apporter les orientations dans le montage financier, dans le choix du statut juridique et dans la gestion des ressources humaines», explique M. Kettani. Et de noter que le succès de cette mission s’appuie également sur un partenariat opérationnel fort avec les opérateurs de l'employabilité et de l'entrepreneuriat comme l’Anapec, Injaz Al-Maghrib, USAID Centre de Carrières de Casablanca, OIT Jeunes au travail et Market&Studies. Car la promotion de l’entrepreneuriat et de l’innovation ne peut réussir sans une mutualisation des efforts du monde académique et de l’entreprise. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
10 Aout 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés