Édition

Remise du Prix du Maroc du livre pour l’année 2017

Ouafaa Bennani,LE MATIN
19 Mai 2017
edition-bon.jpg Les personnes récompensées n’ont pas manqué de faire montre de leur fierté d’obtenir ce Prix qui, selon eux, sera sans aucun doute une motivation pour travailler davantage.

Comme chaque année, l’édition marocaine a été célébrée, jeudi 18 mai, à la Bibliothèque nationale, à travers une cérémonie qui s’est déroulée en présence du Chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, et du nouveau ministre de la Culture et de la communication, Mohamed El Aaraj.

À propos de cet événement, le plus important et le plus ancien de ce ministère, Mohamed El Aaraj s’est dit très honoré de la célébration du Prix du Maroc du livre et que c'est une reconnaissance de la culture marocaine, de la créativité littéraire et de la poésie.
«Ce qui constitue un processus très positif dans la culture du Maroc.
Cela nous prédispose à prendre en considération tout ce passé glorieux pour soutenir et développer davantage ce Prix et lui donner plus de rayonnement dans l’avenir», souligne le ministre de la Culture et de la communication, qui n’a pas manqué d’assurer que son département développait une stratégie pour la dynamisation de l’industrie culturelle.

«Le ministère travaille dans ce sens avec une nouvelle vision et une politique culturelle pour la promotion du livre. Le secteur de la culture se trouve parmi les plus stratégiques auxquels nous donnons une importance particulière, rentrant dans le cadre la déclaration gouvernementale qui arrive avec beaucoup de nouveautés en rapport avec une stratégie nationale, notamment pour le secteur culturel où le livre et l’édition ont une place privilégiée, puisqu’ils représentent un levier pour notre culture et notre développement. Ce qui nous incite à mettre en valeur le département de la culture dans sa globalité», précise le ministre El Aaraj.
Rappelons que le changement, depuis l’année dernière, de la date de remise du Prix du Maroc du livre, qui se situe désormais en dehors du SIEL, a donné à cette distinction littéraire plus d’envergure.
Car elle est devenue une célébration à part entière où chaque récipiendaire du Prix est fêté comme il se doit.
Ce fut le cas pour cette cérémonie qui s’est déroulée devant d’éminentes personnalités de l’univers politique et littéraire, dont le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani.

Il était temps que ce Prix, après les multiples étapes qu’il a parcourues, connaisse ce remarquable rayonnement et des moments que les auteurs primés n’oublieront pas de sitôt, après un travail des plus remarquables mené par les Commissions des différentes catégories d’écrits.
«Depuis la constitution des Commissions, nous avons été très soutenus par le ministère pour accomplir notre tâche. Je remercie tous les participants à ce Prix pour leurs efforts qui contribuent à renflouer les bibliothèques du Royaume. Je salue, aussi, les Commissions qui se sont acquittées de leur fonction avec dévouement, impartialité et transparence, et ce dans de bonnes conditions d’échanges et de dialogue fructueux», confirme le coordinateur général des Commissions, Saïd Yaqtine.
Les présidents de chaque catégorie se sont félicités des conditions dans lesquelles se sont déroulées les délibérations qui ont donné lieu à des résultats acceptés à l’unanimité.

Ainsi, dans la catégorie des Sciences humaines, ce sont Abdelaziz Tahiri et Yahya Boulahya qui ont remporté ce Prix en ex æquo. Abderrahim El Atri dans les Sciences sociales, Charaf Eddine Majdouline dans les Études littéraires, artistiques et linguistiques, Mohamed Jador et Mohamed Hatimi dans la traduction, Nabil Manssar dans la Poésie, Abdelkrim Jouiti dans les Récits et narrations.
Les personnes récompensées n’ont pas manqué de faire montre de leur fierté d’obtenir ce Prix qui, selon eux, sera sans aucun doute une motivation pour travailler davantage. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Juillet 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés