Développement de la voiture du futur

Volkswagen mise sur la réalité augmentée

M.AK.,LE MATIN
28 Mars 2017
DEveloppement-de-la-voiture-du-futur-B.jpg Grâce à la réalité augmentée, les ingénieurs peuvent tout faire d’un véhicule : l’examiner, changer ses roues ou encore remplacer les feux arrière.

Le constructeur allemand compte sur des logiciels développés dans ses laboratoires pour révolutionner le travail de ses ingénieurs et concepteurs.

Volkswagen fait du développement de la voiture du futur une priorité. Pour cela, le constructeur allemand se donne les moyens de ses objectifs, à l’image de son «Volkswagen Virtual Engineering Lab» de Wolfsburg. Équipé de 24 écrans, ce centre fait la part belle à la réalité augmentée. Grâce à cette dernière, les ingénieurs peuvent tout faire d’un véhicule : l’examiner, changer ses roues, remplacer les feux arrière, modifier les rétroviseurs, ou encore modifier le design en utilisant des commandes vocales et gestuelles. Tout peut se faire en quelques secondes. Le logiciel requis à ces opérations a été développé dans le laboratoire d'ingénierie virtuelle et ses résultats, affirme le constructeur allemand, vont révolutionner le travail des ingénieurs et concepteurs.

Concrètement, «HoloLens», le casque de réalité augmentée, projette un contenu virtuel sur un objet physique à l’aide de ses commandes gestuelle et vocale. Ensuite, le système projette la couleur de la peinture choisie, installe d’autres types de jantes ou modifie les ailes. Le modèle de base devient alors une toute nouvelle version.
Dirigé par Frank Ostermann, ingénieur diplômé en génie informatique, le Virtual Engineering Lab est l'un des six laboratoires actuellement utilisés par le Volkswagen Group IT à Wolfsburg, Berlin, Munich, San Francisco ainsi que le dernier-né, celui de Barcelone. Dans ces laboratoires, des spécialistes Volkswagen travaillent sur le digital du futur en coopération avec des instituts de recherche et des partenaires en technologie. Cette étroite coopération permet de créer de nouvelles solutions dans les domaines du big data, de l'industrie 4.0, de l'Internet, de la connectivité, des services de mobilité et de la réalité virtuelle.

«Depuis un certain temps, nous utilisons la réalité augmentée et la réalité virtuelle principalement pour obtenir une image tridimensionnelle. Dans le laboratoire d'ingénierie virtuelle, nous sommes en train de faire un pas de géant qui va transformer cette technologie en un outil de développement technique qui permettra aux ingénieurs de Volkswagen de travailler sur un véhicule virtuel, de changer son équipement et même de concevoir virtuellement de nouveaux composants. Les ingénieurs seront en mesure de voir immédiatement les résultats de leur travail», indique Ostermann. Et d’ajouter : «Nous coopérons étroitement avec nos collègues du Développement technique et sommes déjà proches des premiers concepts de nouveaux véhicules et des études de conception. Dans les domaines de l'ingénierie virtuelle et de l'ingénierie des systèmes, nous apportons notre savoir-faire pour le développement de produits techniques et proposons des solutions sur mesure pour toutes les marques du Groupe».

Pourquoi cette approche ? La réalité augmentée et virtuelle permet de gagner du temps et de réduire les coûts de développement. Chaque étape du processus est plus rapide et plus efficace. À titre d’exemple, l’HoloLens projette chaque conception ou changement d'équipement directement sur le modèle physique. De plus, il permet à plusieurs équipes de travailler ensemble, mais dans différents endroits comme les équipes de Wolfsburg, Chattanooga et Shanghai. Tous les intéressés ont toujours à l'esprit la conception du modèle actuel et la modification à long terme. Les équipes peuvent suivre directement, comparer les modifications du modèle et ainsi prendre une décision. Ce qui leur permet d’atteindre leur objectif plus rapidement.

Actuellement encore en phase d'essai, HoloLens permettra aux utilisateurs, dans un futur proche, de travailler sur toute la gamme de modèles de la marque et de présenter différentes versions de carrosseries d’un modèle dans toutes les variantes imaginables.

Les développeurs pourront alors transformer virtuellement une berline en SUV, en cabriolet ou en coupé. «Il y a quelques années, tout cela était de la science-fiction. Maintenant, c’est ainsi que nous allons développer nos prochains modèles», rappelle Ostermann. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Avril 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés