SAMU Social

Mobilisation pour les filles en situation de précarité

,LE MATIN
24 Septembre 2012
les-filles-en-situation-de-precarite.jpg Les filles font partie des groupes les plus vulnérables de la société.

● L’association organise ses 4es Journées portes ouvertes jusqu’au 29 septembre.
● Le SAMU compte sur la participation des citoyens pour combattre l’exclusion sociale.

Le Samu Social Casablanca organise jusqu’au 29 septembre la quatrième édition de ses Journées portes ouverte. Cette année, l’association a choisi le slogan : «La sûreté et la sécurité de nos filles feront développer notre pays» pour attirer l’attention sur la problématique des filles mineures en situation de rue.

«Les filles font partie des groupes les plus vulnérables de la société. Elles sont particulièrement sensibles aux conditions socioéconomiques difficiles et sont démunies face aux multiples violences dont elles sont victimes. Leur protection est une priorité absolue», souligne le SAMU Social. Et d’ajouter que la philosophie des journées portes ouvertes est de fournir une plateforme pour la sensibilisation et la participation des citoyens afin de combattre l’exclusion sociale. Selon les responsables du SAMU Social Casablanca, le choix du thème de cette année «est basé sur l’impact des questions relevées par ses équipes mobiles qui ont pu établir un constat à partir du travail sur le terrain, et d’après une expérience de six années auprès des personnes âgées, femmes, enfants et personnes aux besoins spécifiques vivant dans la rue, tous exclus d’abord de leurs familles puis de la société».

Les équipes du SAMU ont remarqué une nette augmentation du nombre des filles mineures dans la rue : «Même si leur nombre est inférieur à celui des garçons, les filles sont confrontées à un problème particulièrement grave : les grossesses précoces et non désirées». Malheureusement, ces jeunes filles sont enceintes d’enfants qui survivront avec elles dans la rue. En effet, celles-ci vivent dans la rue, et bien qu’étant moins visibles que les garçons, elles sont souvent plus exposées à la violence, aux agressions sexuelles et à la prostitution. Elles deviennent des filles-mères responsables de leurs enfants malgré leur jeune âge et leur situation d’abandon. «Ces jeunes filles, victimes de multiples discriminations, du rejet de leur famille et de la société, n’ont aucune chance de quitter durablement la rue et de se construire un avenir sans l’aide d’institutions spécialisées dans leur prise en charge», affirme le SAMU Social Casablanca. De ce fait, l’Association essaie à travers les Journées portes ouvertes d’identifier les diverses causes de ce fléau, dans une optique de trouver des solutions durables et de sensibiliser les différents intervenants, les citoyens ainsi que la population cible tout en insistant sur leur implication. La sensibilisation d’abord Le SAMU propose ainsi une analyse des attitudes des citoyens et de la population cible envers les personnes vivant dans la rue et particulièrement les filles mineures.

Dans le même cadre, une table ronde de réflexion à ce sujet sera organisée le 28 septembre. En invitant les différents intervenants dans la matière, cette rencontre aura comme objectifs d’ouvrir un débat entre les différents acteurs autour du thème des filles mineures en situation de rue, mais aussi de formuler des recommandations judicieuses faciles à concrétiser pour contribuer à combattre ce phénomène. Au programme des Journées portes ouvertes, des activités sportives et artistiques, une caravane médicale et de sensibilisation ainsi que des visites au centre d’accueil d’urgence afin de communiquer avec les institutions, les associations et le citoyen. Pour le SAMU Social Casablanca, cette manifestation est un moment de rencontre avec le plus grand nombre de bénéficiaires.



Caravane médicale et de sensibilisation

Le SAMU Social a initié en 2012, un projet de régularisation de la situation administrative et juridique au profit des habitants du quartier EL Hank avec la coordination de la préfecture de Casa-Anfa, la commune Anfa, l’arrondissement 7, l’Inspection de l’état civil d’El Hank, la Délégation de la santé et la Commission régionale contre la violence à l’égard des femmes et des enfants. À la Suite de la réussite de ce projet, il a pris l’initiative d’organiser une caravane
médicale et de sensibilisation pour les habitants du quartier El Hank. Cette initiative vise à sensibiliser les bénéficiaires de la caravane sur la souffrance des personnes en situation de rue, recenser les représentations sociales concernant les filles vivant dans la rue. La caravane servira aussi à faire un dépistage sur l’hypertension artérielle et le diabète au profit de la population d’El Hank.

E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
25 Mai 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés