Initié en partenariat avec la Banque islamique de développement (BID), ce programme, financé par un prêt de la BID de 79 millions de dirhams, concerne cinq régions oléicoles du Royaume, à savoir la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, la région de l’Oriental, de Fès–Meknès, de Marrakech–Safi et de Béni Mellal–Khénifra.

Cet évènement vise la sensibilisation des représentants des différents ministères, de l’interprofession, des banques et des différents opérateurs concernés sur la dimension environnementale de ce projet, souligne le communiqué.

Cette rencontre ambitionne également de mettre l’accent sur la filière oléicole qui joue un rôle capital dans l’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques, notamment à travers la séquestration du carbone dans le sol et la protection du sol contre l’érosion.

Cet ambitieux projet s’assigne aussi pour objectif l’amélioration des revenus des petits agriculteurs à travers le renforcement de la productivité et la valorisation de la production oléicole.

Selon l’ADA, le programme vise la plantation de 18.000 ha d’olivier, l’aménagement hydro-agricole sur 136 km, l’aménagement des pistes pour le désenclavement des périmètres de production sur une longueur d’environ 49 km, ainsi que l’installation de 18 unités de valorisation d’une capacité de trituration des olives de 60 à 100 tonnes par jour pour la production d’huile d’olive de qualité.