Conférence internationale du sucre

La filière africaine contribue au développement du tissu socio-économique des régions

,MAP, LE MATIN
24 Février 2017
Sucre_Marrakech_G3.jpg «L’agrégation, l’organisation interprofessionnelle et la recherche peuvent doter le secteur sucrier africain de filières sucrières intégrées, compétitives et bénéfiques pour le développement socio-économique», c’est ce qu’a indiqué Mohammed Fikrat, président de l’APS. Ph : MAP

Bien qu'elle occupe une modeste position dans l’échiquier mondial, la filière sucrière africaine contribue au développement du tissu socio-économique des régions et des écosystèmes connexes, a souligné, mercredi à Marrakech, le président de l’Association professionnelle sucrière (APS), Mohamed Fikrat.

Des solutions comme l’agrégation, l’organisation interprofessionnelle, le renforcement de la recherche et développement peuvent contribuer à doter le secteur sucrier africain de filières sucrières intégrées, compétitives et bénéfiques pour le développement socio-économique, a indiqué Mohamed Fikrat qui intervenait à l'ouverture de la 2e Conférence internationale du sucre.

La production sucrière africaine représente 10,3 millions de tonnes, soit 6% de la production mondiale, alors que les besoins en sucre du continent s’élèvent à 18 millions de tonnes, a-t-il précisé. Il a assuré que le continent africain est pleinement capable de relever les défis pour augmenter la productivité, assurer la sécurité alimentaire et une croissance économique soutenue, réduire la pauvreté et réaliser le développement durable.

Pour sa part, le directeur exécutif de l’Organisation internationale du sucre (OIS-ISO), José Orive, a mis en relief la dynamique exceptionnelle que connaît la production sucrière au Royaume et qui réunit la production de la betterave et la canne à sucre ainsi que la raffinerie, appelant les pays africains à bénéficier de la stratégie adoptée au Maroc dans ce domaine. 

La tenue de cette conférence au Maroc est évidente car le Maroc est un membre pionnier dans l’OIS, a-t-il noté, saluant la stratégie adoptée par le Groupe COSUMAR.

Le choix du Maroc, ce pays africain, pour organiser cette conférence traduit le dynamisme que connaît le secteur de la production du sucre au Royaume, marquée par une mutation profonde depuis le lancement du Plan Maroc vert, a expliqué, de son côté, le président de la Confédération marocaine d’agriculture et de développement rural (Comader), Ahmed Ouayach.

Le Maroc, sous la conduite éclairée de S.M. le Roi Mohammed VI, a adhéré depuis plus d’une décennie dans le chantier du partenariat avec les pays africains amis, notant que cette coopération couvre tous les domaines sans exception.

Organisée sous le thème «Intégration et compétitivité du secteur du sucre en Afrique», par l’APS, en partenariat avec l’Organisation internationale du sucre (OIS), la 2e Conférence internationale du sucre connaît la participation de 400 experts.

Cette rencontre de deux jours est marquée par la participation d'opérateurs nationaux et internationaux du secteur du sucre, d'instances professionnelles et de producteurs agricoles, issus de 50 pays, qui se pencheront sur la question du développement de la filière en Afrique.  





Mohammed Fikrat : «Nous sommes à l'écoute de toutes les opportunités qui se présentent en Afrique»

E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
25 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés