"J'ai jugé qu'il était temps de reconnaître officiellement Jérusalem (NDLR. AlQods) comme la capitale d'Israël", a déclaré le Président américain dans une allocution télévisée depuis la Maison Blanche, soulignant que cette décision est "le début d'une nouvelle approche du conflit" entre Israéliens et Palestiniens.

"Les anciens présidents américains avaient fait cette grande promesse de campagne, ils ont échoué à l'honorer. Aujourd'hui, je l'honore", a-t-il ajouté.

"Aujourd'hui, nous reconnaissons finalement l'évidence que Jérusalem est la capitale d'Israël. Ce n'est rien de plus ou de moins que la reconnaissance de la réalité", a-t-il dit, ajoutant ordonner au Département d'Etat de commencer les préparatifs pour le transfert de l'ambassade américaine de Tel Aviv à AlQods.

Le président américain a, toutefois, souligné que cette décision ne devrait pas être prise comme un abandon de son engagement fort à faciliter un accord de paix durable entre Israéliens et Palestiniens.

"Les Etats-Unis restent déterminés à aider à faciliter un accord de paix acceptable pour les deux parties", a-t-il ajouté, faisant état de son "intention de faire tout ce qui est en (son) pouvoir pour aider à sceller un tel accord".

Il a, par ailleurs, précisé que les Etats-Unis "n'ont pris aucune décision sur les questions du statut final, y compris les frontières de la souveraineté d'Israël à Jérusalem ou la résolution des frontières contestées. Ces questions concernent les parties impliquées".

Conscient des réactions d'indignations dans le monde qui a précédé l'officialisation de cette annonce, M. Trump a appelé "au calme, à la modération, et à ce que les voix de la tolérance l'emportent sur les pourvoyeurs de haine".