Le juge de San Francisco James Donato a jugé lundi recevable la demande de plainte en nom collectif contre Facebook suite à des accusations de collecte illégale de données privées d'utilisateurs liées à un outil de reconnaissance faciale.

Les allégations des plaignants sont «suffisamment homogènes pour permettre une juste et efficace résolution sur une base collective», a souligné le juge Donato.

La plainte concerne la fonctionnalité de reconnaissance faciale lancée par Facebook en 2010, et suggérant des noms d'utilisateurs à identifier sur les photos qui ont été publiées sur le réseau.

Un outil permet ensuite d'identifier automatiquement les personnes figurant sur les photos publiées sur son réseau.

La fonctionnalité contestée repose sur un programme de reconnaissance faciale qui scanne les photos du réseau où des personnes sont déjà identifiées, afin de constituer des sortes de profils répertoriant des caractères géométriques du visage propres à chaque individu.

Ces profils sont ensuite comparés aux nouveaux clichés mis en ligne pour proposer des identifications.
Pour les plaignants, cela se fait à l'insu des utilisateurs.

L'outil de reconnaissance faciale de Facebook avait déjà suscité des craintes quant au respect de la vie privée des utilisateurs en Europe, à la suite desquelles le groupe en avait suspendu l'utilisation en 2012.