Nation

Invité de L’Info en face

Lahcen Haddad : un retour à l’indexation des prix des carburants est possible, mais c’est une décision politique

S.N. S.N.,

Flambée des prix des carburants, pass vaccinal, programme social du gouvernement. Le conseiller istiqlalien Lahcen Haddad livre son analyse sur les différents défis auxquels doit faire face la nouvelle équipe de l’Exécutif. L’ex-ministre du Tourisme n’exclut pas ainsi un retour à l’indexation des prix des carburants si la hausse persiste au-delà de 4-5 mois et appelle à un débat public sur l’adoption du pass vaccinal.

L’État pourrait recourir de nouveau au système d’indexation des prix des carburants, au cas où ceux-ci n’emprunteraient pas le chemin de la baisse dans les 5 mois qui viennent. Le pronostic est de Lahcen Haddad, conseiller du Parti de l’Istiqlal à la deuxième Chambre du Parlement, qui était l’invité de l’émission «L’Info en Face», le 11 novembre. M. Haddad n’écarte pas la possibilité d’un retour à ce système afin de protéger le pouvoir d’achat. Mais, précise-t-il, il s’agit d’une décision politique qu’il va falloir assumer suite à un débat au Parlement. L’ex-ministre du Tourisme sous le gouvernement Benkirane estime, toutefois, que le retour à ce système pourrait alourdir les charges liées à la compensation.

«Dans le projet de Budget 2022, le gouvernement réserve 17 milliards de DH à la compensation. Un montant qui pourrait frôler les 30 milliards au cas où le retour à l’indexation venait à être acté», explique-t-il. Mais est-ce que l’on est prêt à prendre cette décision dans le contexte actuel des finances publiques ? s’interroge M. Haddad, qui rappelle que ce genre de décision aggraverait davantage le déficit budgétaire et, partant, l’endettement du pays. L’expert en développement indique par ailleurs que la flambée actuelle des cours des carburants sur le marché mondial n’est pas récente. «La flambée des prix des carburants a été amorcée depuis avril dernier déjà. Bien avant la constitution de ce gouvernement. Elle est le résultat de la reprise économique à l’échelle mondiale qui a accentué la demande sur le gaz butane et le pétrole. En plus, les États-Unis sont en train d’opérer un réajustement de leurs réserves fédérales en pétrole», détaille M. Haddad. Le conseiller indique qu’une redescente des prix est attendue à partir d’avril-mai prochain.

Pass vaccinal : un débat public est plus que nécessaire
Interrogé sur la problématique liée au pass vaccinal, M. Haddad affirme que cette question doit faire l’objet d’un débat public avec la participation de l’ensemble des parties prenantes, dont le gouvernement et les partis politiques. «Le débat est actuellement confiné dans les réseaux sociaux. À mon avis, il serait judicieux que les médias, publics et privés, ouvrent ce débat en faisant participer les partis politiques et le gouvernement. Ce ne sont pas ces derniers qui doivent l’ouvrir», estime-t-il.
L’ex-ministre affirme en outre que le pass vaccinal figurait parmi les revendications des opérateurs économiques, notamment touristiques, depuis longtemps. Et c’est légitime à leurs yeux, puisque l’institution de l’obligation de ce document leur permettrait de relancer la machine. «Le pass vaccinal permettra également aux citoyens de retrouver la normalité de leur vie et aux opérateurs économiques de reprendre plus ou moins normalement leurs activités», souligne M. Haddad. Ce dernier se félicite par ailleurs de la levée du couvre-feu nocturne tout en appelant à encore plus de vigilance. «Au regard des chiffres sur l’épidémie, la tendance est à la baisse. Nous sommes donc sur la bonne voie. Ceci étant, la vigilance doit être de mise. Car on n’est pas encore sorti d’affaire, d’autant plus que nous assistons actuellement à une réapparition d’une quatrième vague dans plusieurs pays à travers le monde, notamment en Europe», prévient-il.

Programme social du gouvernement : où est l’argent ?
Pour Lahcen Haddad, le gouvernement est venu avec un programme social ambitieux qui prévoit des réformes sociales structurelles, dont l’élargissement de la couverture sociale et l’instauration d’un système des aides directes. Mais, nuance-t-il, il va falloir se pencher sérieusement sur la question du financement de ce programme. Pour lui, si l’on veut aller vers l’instauration de ces dispositions qui auront un impact social important, il va falloir faire des sacrifices, notamment sur le plan fiscal. «Aujourd’hui, on veut maintenir le pouvoir d’achat de la classe moyenne. On veut aussi une amélioration des allocations familiales et de chômage et l’élargissement de la couverture sociale. Mais en même temps, nous ne voulons pas d’aggravation du déficit budgétaire. Nous voulons également une croissance économique importante. L’équation est ainsi difficile», assène M. Haddad. Selon lui, la lutte contre le système de la rente et les monopoles, en plus de la suppression des avantages fiscaux, ne permettraient pas à eux seuls de générer suffisamment de fonds pour financer le programme social. D’autres leviers doivent être activés afin de pouvoir mobiliser les fonds nécessaires pour mettre sur les rails ce programme de manière sereine. «Il y a une réflexion au sein du gouvernement pour aller vers un système d’aides directes, pas uniquement aux familles, mais aux exportateurs. D’où la nécessité d’aller vers une ingénierie globale permettant d’instaurer ce système au cas par cas», indique M. Haddad. Il affirme croire dur comme fer au secteur privé et à ses capacités dans la création de la richesse et de l’emploi. «Je pense que s’il a les moyens nécessaires et les incitations qu’il faut, le privé créerait significativement de la richesse et de l’emploi. L’État doit ainsi se contenter de son rôle de régulateur», précise-t-il. Pour le conseiller istiqlalien, l’État doit, par exemple, lever la main de l’immobilier. Car, pour lui, le privé peut mieux faire. 

Pour Lahcen Haddad, le retour à un système d’indexation des prix des carburants pourrait alourdir les charges liées à la compensation qui atteindraient 30 milliards de DH contre 17 milliards dans le projet de Budget 2022.

Services

Météo

Casablanca 06 décembre 2022

65.3°F

18.5°C

Meteo Casablanca
  • 17.5°C
    cloudy
  • 15.4°C
    cloudy
  • 16.6°C
    cloudy
  • 17.7°C
    mostlycloudy
  • 17.6°C
    cloudy

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 06 décembre 2022

  • As-sobh : 06:47
  • Al-chourouq : 08:17
  • Ad-dohr : 13:27
  • Al-asr : 16:04
  • Al-maghrib : 18:27
  • Al-ichae : 19:46

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Voir toutes les pharmacies de garde >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Bein Sports Global
Tour de France Femmes - Stage 4

00:30

Chaine : TV5
Sur les pas de celui qui a tué Trotsky, Ramón Mercader

01:01

Chaine : TMC
Cinquante nuances plus sombres

23:25

Chaine : Disney Channel
Zip Zip

01:30

Tous les programmes TV >

Horaires de train

Retrouvez les horaires de vos trajets en un seul clic !

Voir tous les horaires de train >

Météo

Casablanca 06 décembre 2022

65.3°F

18.5°C

Meteo Casablanca
  • 17.5°C
    cloudy
  • 15.4°C
    cloudy
  • 16.6°C
    cloudy
  • 17.7°C
    mostlycloudy
  • 17.6°C
    cloudy

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 06 décembre 2022

  • As-sobh : 06:47
  • Al-chourouq : 08:17
  • Ad-dohr : 13:27
  • Al-asr : 16:04
  • Al-maghrib : 18:27
  • Al-ichae : 19:46

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Logo pharmacie

Voir toutes les pharmacies de garde >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Bein Sports Global
Tour de France Femmes - Stage 4

00:30

Chaine : TV5
Sur les pas de celui qui a tué Trotsky, Ramón Mercader

01:01

Chaine : TMC
Cinquante nuances plus sombres

23:25

Chaine : Disney Channel
Zip Zip

01:30

Tous les programmes TV >

Restez informés de l'actualité en continu