Dans le cadre de ses activités de lutte contre les maladies rénales au Maroc, l’association «Reins», en partenariat avec la Fondation Mohammed V pour la solidarité, organise des caravanes dans les milieux défavorisés pour reconnaître, prévenir et traiter précocement les maladies rénales. L’objectif essentiel étant d’éviter la découverte des malades au stade de la dialyse et leur épargner la souffrance de ce traitement et de ses aléas économiques, physiques et psychologiques. Ainsi, une caravane a été organisée samedi dernier au centre d’animation du tissu associatif de la Fondation Mohammed V pour la solidarité, au quartier Al Ank à Casablanca. «Les objectifs de cette campagne sont l’information, le dépistage, la prise en charge, l’aide médicale, l’exploration et l’orientation en fonction des situations. La population cible était représentée par plus de 500 bénéficiaires issus des couches sociales défavorisées, qui ont été invités par les autorités locales de la préfecture de Casablanca Anfa, ainsi que les malades atteints de pathologies chroniques susceptibles de développer une maladie rénale ou une autre complication», indique Amal Bourquia, présidente de l’association «Reins».

«Plusieurs spécialistes ont participé à cette campagne, dont des cardiologues, des néphrologues, des diabétologues, des pneumologues, des pédiatres, des ophtalmologues et des radiologues, en plus de médecins omnipraticiens. Lors de cette campagne, les citoyens ont bénéficié d'un test des urines pour la recherche notamment de protéines et de sucre, de même que d’une mesure de la glycémie pour un dépistage du diabète et de la tension artérielle.

Il y a eu aussi la projection d'un film en arabe avec des explications et des discussions avec les participants», poursuit-elle.
Une attention toute particulière a été portée aux enfants dont l’accès aux consultations lors de cette caravane était illimité, sans avoir besoin de convocation. D’ailleurs, l’association a choisi comme thème pour l’année 2016 «Les enfants et la maladie du rein, agir rapidement pour l'éviter». «Les maladies rénales affectent des millions de personnes dans le monde, dont de nombreux enfants qui pourraient présenter un risque de maladie rénale à un âge précoce. Il est donc crucial que les décideurs politiques et les autorités sanitaires encouragent et facilitent l'éducation, la détection précoce et un style de vie saine.
La Journée mondiale du rein nous encourage à unir nos forces une fois de plus pour informer les parents, les soignants, les jeunes patients et le grand public de l'importance de l'identification et du traitement des maladies rénales de l'enfance.

Une prise de conscience des risques de ces maladies pourrait aider à protéger leur avenir et donc construire une génération future saine», souligne Amal Bourquia. Par ailleurs, «Reins» continue à œuvrer dans la prévention, le dépistage, la promotion du don d’organes. À cet effet, de nombreuses activités sont prévues pour célébrer la Journée mondiale cette année.