Chaque année, une Conférence de la Jeunesse (Conference of Youth - COY) est organisée avant la Conférence des parties (COP) pour rassembler les jeunes du monde entier. Le Maroc accueillera ainsi cette année la 12e édition de cette COY, du 3 au 5 novembre 2016 à Marrakech. Celle-ci précédera donc la 22e Conférence des parties de la Convention-Cadre des Nations unies sur le changement climatique (COP 22) prévue du 7 au 18 novembre dans la ville ocre. Afin de donner à la jeunesse marocaine l’opportunité de participer à ce sommet international, le Comité de pilotage de la COY12, composé notamment du groupe «Enfants et Jeunesse» des Nations unies (Youngo), des ONG marocaines impliquées dans la lutte contre les changements climatiques, a organisé une rencontre nationale de la jeunesse marocaine en mai dernier à l'École de gouvernance et d'économie de Rabat. Thème retenu : «La jeunesse marocaine se mobilise pour la lutte contre les changements climatiques». Selon les organisateurs, cette journée avait pour principal objectif de mobiliser des jeunes qui jusqu’alors, étaient peu ou pas engagés dans des actions de préservation de l’environnement.

C'est ainsi qu'à travers des plénières, des ateliers et autres débats, le rôle joué par la société civile et plus particulièrement la jeunesse dans les processus de COP, a été abordé avec des approches innovatrices sous l’angle à la fois théorique et pratique, indiquent les organisateurs. Des réflexions ont pu être échangées en vue de faire émerger des pistes d’actions communes pour la lutte contre les changements climatiques. Cette lutte, le Maroc en a fait son cheval de bataille en mettant en place une politique nationale intégrée pour préserver l’environnement et atténuer les émissions des gaz à effet de serre à hauteur de 32% d’ici 2030.

Dans cette perspective, le Royaume a lancé plusieurs initiatives comme il a adopté la Charte nationale de l’environnement et la Stratégie d’efficacité énergétique. Il a également libéralisé le secteur des énergies renouvelables pour une plus grande intégration dans l'économie verte. Comme annoncé par S.M. le Roi Mohammed VI, le 30 novembre 2015, dans une allocution à la 21e Conférence des parties, le Maroc a rehaussé ses ambitions en adoptant une stratégie visant à porter à 52% la part des énergies renouvelables dans la capacité électrique nationale à l’horizon 2030. Ceci grâce à de grands projets notamment solaires et éoliens dont la réputation a traversé les frontières. L'expérience du complexe Noor Ouarzazate n'est-elle pas donnée en exemple partout dans le monde ?