Les membres de l’Assemblée parlementaire (AP) de l’Union pour la Méditerranée (UpM) ont plaidé, dimanche à Tanger, pour davantage de coordination, de coopération et d'optimisation des ressources disponibles, en vue de lutter contre l’extrémisme et le terrorisme et de construire un meilleur ancrage interculturel méditerranéen générateur d’un développement partagé en matière de paix, de sécurité et de développement durable.
Le document final sanctionnant les travaux de la douzième session plénière de l'Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée (AP-UpM) a appelé à davantage de coordination, de coopération et d'optimisation des ressources disponibles, pour garantir plus d'efficacité et d'impact à une action commune contre les bandes d'extrémisme et des groupes de terroristes qui persistent dans leurs menées méprisables, attentant à des vies humaines innocentes, sabotant les infrastructures économiques, détruisant les symboles multiséculaires du patrimoine et de la civilisation humaine et portant atteinte à l'intégrité territoriale des États.

Les parlementaires euro-méditerranéens ont ainsi souligné que la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme nécessite des réponses appropriées à l'évolution rapide des menaces terroristes, et la promotion du dialogue interculturel et interreligieux, en vue de faire face au radicalisme à travers une approche participative et préventive, axée sur l'adhésion des citoyens aux efforts et aux mesures engagés par les institutions de l'État, outre l’adoption de stratégies globales combinant les actions de prévention destinées à éliminer les facteurs et les causes de l'extrémisme et à tenir compte des impératifs de la préservation de la sécurité et de la stabilité.
Et pour lutter contre ce fléau, les membres de délégations méditerranéens participantes ont noté l’impératif de s'appuyer sur une volonté collective forte, une coopération et une coordination bilatérale et régionale, ainsi qu'une conjugaison de stratégies nationales intégrées, mettant l'accent sur l'importance de promouvoir les valeurs religieuses, spirituelles, culturelles et humaines.

Ils ont également recommandé de redoubler les efforts dans le combat contre le terrorisme et la radicalisation, en vue de contrecarrer les idéologies terroristes, promouvoir la tolérance et le dialogue entre les cultures et les civilisations, la non-discrimination, les libertés fondamentales et la solidarité, et d’assurer la sécurité des populations méditerranéennes, tout en favorisant la construction d’un espace euro-méditerranéen démocratique stable et prospère, basé sur la légalité internationale et le recours aux voies pacifiques pour le règlement des conflits entre les États.