500 millions de dollars. C’est le prêt que vient d’approuver la Banque mondiale en faveur de la Tunisie. Il est destiné à améliorer l’environnement des affaires, soutenir l’entrepreneuriat et faciliter l’accès aux financements. L’objectif est d’accompagner les efforts du gouvernement tunisien pour promouvoir une croissance plus soutenue et solidaire et la création d’emplois dans le secteur privé, en particulier pour les jeunes et les femmes et dans les régions à la traîne sur le plan économique. Le prêt appuie, en outre, des réformes jugées essentielles pour améliorer le cadre de l’activité économique et renforcer la confiance des investisseurs tout en stimulant l’esprit d’entreprise et en élargissant l’accès aux financements. «S’il s’est intensifié depuis quelques années, l’élan en faveur des réformes doit impérativement être maintenu et suivi d’effets concrets.

La Tunisie a un grand vivier de jeunes talents prêts à se lancer, mais ce dont ont besoin ces hommes et ces femmes, c’est d’un environnement propice, et notamment d’un accès aux financements», souligne dans un communiqué Marie-Françoise Marie-Nelly, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte. Ce financement axé sur l’environnement des affaires et l’entrepreneuriat entend soutenir les cinq piliers du Plan de développement quinquennal 2016-20 du gouvernement tunisien. Ce dernier a pour objectif de faire du secteur privé le moteur principal de la croissance et de la création d’emplois, d’instaurer un système équitable de concurrence et de faciliter l’accès des jeunes et des entrepreneurs aux financements.