Prévu du 25 au 27 septembre à Marrakech

Dernière ligne droite pour le premier sommet de Women in Africa

Ayoub Lahrache,LE MATIN
12 Septembre 2017
Women-in-Africa-.jpg Cet événement accueillera plus de 300 leaders panafricains et internationaux.

Les préparatifs pour l’organisation du premier sommet «Women in Africa» se poursuivent. Prévu du 25 au 27 septembre à Marrakech, le forum placé sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI se déroulera sur le thème «Investir pour une meilleure gouvernance avec les femmes africaines».

Sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, le WIA Club tiendra son premier Sommet annuel «Women in Africa» à Marrakech, du 25 au 27 septembre 2017. Annoncé lors d’une conférence de presse organisée hier à Casablanca, cet événement accueillera plus de 300 leaders panafricains et internationaux. Membres du Club et invités exceptionnels, femmes et hommes, échangeront pendant trois jours sur le thème : «Investir pour une meilleure gouvernance avec les femmes africaines».

Dans ce sens, la fondatrice du Women’s Forum et initiatrice de cet événement, Aude de Thuin, a affirmé que les préparatifs allaient bon train pour accueillir les invités du forum et qui sont issus de plus de 40 pays. Intervenant lors de cette conférence, la spécialiste des questions de femmes sur les sujets d’économie et de société a renouvelé son souhait de créer une communauté mondiale pour une Afrique inclusive. Se déroulant en présence de l’ambassadrice de «Women In Africa» au Maroc, Fathia Bennis, la conférence a été l’occasion de revenir sur la situation de la femme en Afrique et dans le monde. Dans ce sens, les intervenantes ont insisté sur l’importance d’identifier des actions à mettre en œuvre et définir une feuille de route précise et créer ainsi une initiative mondiale pour une Afrique inclusive. Pour rappel, le forum organisé au Maroc connaitra la participation de plusieurs militants pour les droits des femmes ainsi que de hauts responsables économiques et dirigeants de grandes entreprises actives en Afrique. Organisé en partenariat avec plusieurs groupes de médias ce premier sommet bénéficie également de l’appui de plusieurs institutions internationales. Il traitera de plusieurs thématiques telles que l’agriculture, l’énergie, l’entrepreneuriat, la finance, la nutrition et l’eau. 


Questions à Aude de Thuin, présidente fondatrice de Women in Africa

«nous espérons influencer les leaders, qu’ils soient politiques ou de la société civile»

Women in Africa sera lancée lors du sommet qui se tiendra du 25 au 27 septembre à Marrakech, quel est l’objectif de cette initiative ?
L’objectif de Women in Africa est de réunir des femmes – et des hommes – du monde entier afin de leur montrer que les femmes africaines sont des accélératrices du changement dont l’Afrique a besoin. Pour cela, nous allons aborder les sujets de gouvernance dans une conférence intitulée «Promouvoir la participation politique des femmes pour une meilleure gouvernance». Nous allons aussi les entendre parler «Du leadership des femmes africaines face au nouvel ordre mondial». Nous entendrons également de jeunes femmes et hommes dire de «Quelle Afrique ils rêvent». Nous attirons aussi des investisseurs sur le thème «Invest on African Women». Par ailleurs, nous décernerons le prix de «L’homme africain de l’année» à un homme qui inclut la parité dans sa société ou institution et, grâce à la collaboration du Cabinet Deloitte, nous avons mis en place des laboratoires collaboratifs sur certains des grands sujets du millénaire comme l’agriculture, la nutrition, l’énergie, l’eau/l’environnement, l’entrepreneuriat, la finance, dans lesquels des experts et des participants venant du monde entier vont élaborer des recommandations qui seront ensuite remises aux gouvernements et institutions pour leur montrer comment les femmes peuvent contribuer à changer le monde.

Comment l’initiative Women in Africa compte-t-elle changer le quotidien des femmes africaines et contribuer à l’amélioration de leurs droits ?
En réunissant plus de 300 personnes de 35 pays pour Women in Africa, nous espérons influencer les leaders, qu’ils soient politiques ou de la société civile. Il est pour beaucoup acquis désormais que les femmes ont un rôle majeur à jouer, car quand on voit la situation et l’état du monde, beaucoup se disent que tant qu’on n’a pas tout essayé, il y a de l’espoir. Or justement, les femmes ne sont pas du tout au niveau où elles devraient être. C’est cela aussi que nous allons démontrer. Nous apporterons des données chiffrées sur le rôle des femmes dans la croissance économique, et qui dit économie, dit influence sur la société, que ce soit en matière de droits juridiques, de sujets de santé, d’éducation ou de développement durable. Propos recueillis par H.E.H.





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
20 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés