Économie

Politique économique

État stratège : Discours et méthode

author LE MATIN

Les plans sectoriels ont ouvert une voie, mais les facteurs de production en ont emprunté une autre, celle de la dérive consumériste et de la financiarisation de l’économie.

Les plans sectoriels ont ouvert une voie, mais les facteurs de production en ont emprunté une autre, celle de la dérive consumériste et de la financiarisation de l’économie.

La politique économique de notre pays s’est voulue volontariste et centrée sur la volonté d’engager le Maroc dans la voie de la rupture et du rattrapage du retard économique. Les priorités ont été clairement affichées et assumées, à savoir le développement d’une base d’infrastructures modernes de nature à accélérer la croissance, le rattrapage du retard accumulé en termes de logements et l’identification et la promotion de certains secteurs devant constituer des locomotives de développement. Au centre de cette nouvelle dynamique, le concept d’État stratège. Qu’est-ce qui n’a pas marché alors ?

Les choix du Maroc en matière d’intervention de l’État déroutent fortement l’observateur et fournissent un début d’explication au succès moyen des plans sectoriels. 
Alors que notre politique budgétaire s’inscrit résolument dans la seconde conception du rôle de l’État, avec un niveau de dépense publique et de fiscalité relativement élevé, notre politique monétaire est fortement marquée par la pensée libérale, habitée par la préservation des grands équilibres et la lutte contre l’inflation. Nous avons un véhicule conduit par deux pilotes, l’un accélère et l’autre freine.

État stratège : Une intervention salutaire pour le développement, mais… 
L’action des différents gouvernements s’est voulue assez volontariste autour du concept de l’État stratège. Or ce qui a fait défaut, c’est moins la volonté que la méthode. L’État stratège fait référence à l’intervention des pouvoirs publics dans la vie économique du pays en vue de l’organiser, en définissant les domaines prioritaires à développer et en leur procurant une aide adaptée. Il naît d’une prise de conscience d’un nécessaire partenariat public-privé, afin d’améliorer la compétitivité et l’attractivité de l’économie nationale. L’État coordonne les différentes actions et garantit leur cohérence. Il crée un environnement propice à l’investissement, en levant toutes les entraves qui peuvent le freiner, et pilote les synergies entre le monde de la production des idées (centres de recherche et universités), celui de la production des biens et services (grands groupes et petites et moyennes entreprises) et les pouvoirs publics, autour d’écosystèmes intégrés. L’État stratège s’inscrit, enfin, dans une perspective de puissance et de rayonnement, car rendre un pays plus fort économiquement revient à accroître son influence politiquement. 

Avant d’atteindre ce stade de l’action publique, cela suppose, au préalable, une réforme en profondeur de notre modèle d’administration et de gestion des affaires publiques et un effort soutenu de mise à niveau de notre tissu productif (capitalisation, organisation et dotation en capital humain). Deux préalables que nous avons tout simplement négligés !

Confondre plan d’architecte et ouvrage
Lors du lancement de ces grands projets, tout y était ou presque : objectifs ambitieux, moyens d’action adéquats (sauf le financement ! ce qui explique le retard de certains plans sectoriels) et feuille de route de mise en œuvre. Était-ce suffisant ? Plusieurs années après leur lancement, la réponse est clairement négative. Et pour cause, nous avons confondu «plans d’action» et «action». Réaliser un plan ne suffit pas à le mettre en œuvre et le mettre en œuvre ne garantit pas sa réussite. Ce sont les fondamentaux de la gestion de projet. Le chemin est vraiment long entre l’idée et les résultats concrets. Nous avons péché par manque de structuration rigoureuse de ces initiatives et d’affectation claire des responsabilités pour assurer leur bonne fin. Nous avons lancé de grands projets avant d’avoir résolu notre problème endémique de mauvaise articulation entre réflexion au niveau du gouvernement et action et suivi sur le terrain par l’administration centrale et territoriale. La politique économique, faut-il le rappeler, ne correspond pas aux choix que les gouvernements font, mais à ceux qu’ils abandonnent. 

Tout ne peut pas être prioritaire. Sur ce point, il n’y a qu’à voir le nombre de plans lancés et nous comprendrons qu’ils dépassent les capacités de suivi de l’État et, surtout, empêchent une allocation de qualité des facteurs de production, dans un pays aux ressources, somme toute, limitées. La suite on la connaît bien.

Insuffisante dotation en facteurs de production
Si la volonté a été clairement affichée d’adopter une politique de rupture assurant le décollage économique du Maroc, avec l’identification des domaines porteurs et la définition d’une feuille de route de mise en œuvre, leur dotation en facteurs de production a fait défaut. 
On s’est contenté de démarrer le moteur et on a laissé le véhicule rouler «seul». Autrement dit, le gouvernement s’est limité à initier les plans d’action par secteur, il ne s’est nullement soucié d’assurer leur dotation en quantité et qualité suffisantes de facteurs de production. Ces facteurs que sont les ressources naturelles (terrains pour l’essentiel), le travail (main d'œuvre et capital humain), le capital (physique et financier) et l’entrepreneuriat (capacité à combiner les autres facteurs pour générer de la richesse). L’État a, en effet, laissé les agents économiques faire leur propre choix en la matière, alors qu’il devait assurer lui-même la courroie de transmission. Il devait veiller via diverses incitations (ou limitations) à ce que les facteurs de production s'orientent vers les secteurs qu'il cherchait à promouvoir. 

En l'absence ou désintérêt de l'initiative privée, l’État doit intervenir directement en tant qu'acteur. Dans ce cas, il doit, outre la réflexion stratégique et l'impulsion, soit mettre en place des mesures d'accompagnement pour s'assurer que ces secteurs jouissent d'une dotation factorielle suffisante, soit intervenir directement en tant qu'acteur (investissement dans les secteurs stratégiques, via la mobilisation d'une partie du Budget de l’État et de l'épargne privée), en tant que gestionnaire et en tant qu'employeur (attraction de talents et d'une main-d'œuvre de qualité).

En l’absence de pareil niveau d’intervention, sous l’influence des théories «fast-food» d’État mauvais gestionnaire, les plans sectoriels ont ouvert une voie, mais les facteurs de production en ont emprunté une autre, celle de la dérive consumériste et de la financiarisation de l’économie qui ont achevé, ce qu’une insuffisante conception et un manque de pilotage ont commencé. 

Par Nabil Adel 
Nabil Adel est Chef d'entreprise, chroniqueur, essayiste et enseignant chercheur à l'ESCA - Ecole de Management

Services

Météo

Casablanca 22 novembre 2018

62.6°F

17°C

Meteo Casablanca
  • 20 ºC
    chancerain
  • 13 ºC
    nt_rain
  • 18 ºC
    chancerain
  • 11 ºC
    nt_partlycloudy
  • 20 ºC
    partlycloudy

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 22 novembre 2018

  • As-sobh : 06:37
  • Al-chourouq : 08:05
  • Ad-dohr : 13:22
  • Al-asr : 16:05
  • Al-maghrib : 18:29
  • Al-ichae : 19:47

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Voir toutes les pharmacies de garde >

Bourse de Casablanca

-0.19 %

-0.19 %

Voir la Bourse >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Al Aoula
Moumou aynia

12:00

Chaine : M6
Jane the Virgin S03E19

11:45

Chaine : TV5
Des chiffres et des lettres

12:09

Chaine : TF1
Les 12 coups de midi !

12:00

Tous les programmes TV >

Météo

Casablanca 22 novembre 2018

62.6°F

17°C

Meteo Casablanca
  • 20 ºC
    chancerain
  • 13 ºC
    nt_rain
  • 18 ºC
    chancerain
  • 11 ºC
    nt_partlycloudy
  • 20 ºC
    partlycloudy

Météo d'autres villes >

Horaires de Prière

Casablanca 22 novembre 2018

  • As-sobh : 06:37
  • Al-chourouq : 08:05
  • Ad-dohr : 13:22
  • Al-asr : 16:05
  • Al-maghrib : 18:29
  • Al-ichae : 19:47

Horaires d'autres villes >

Pharmacies de garde

Trouvez la pharmacie de garde dans votre quartier et ville!

Logo pharmacie

Voir toutes les pharmacies de garde >

Bourse de Casablanca

-0.19 %

-0.19 %

Voir la Bourse >

Programmes TV

En ce moment
Chaine : Al Aoula
Moumou aynia

12:00

Chaine : M6
Jane the Virgin S03E19

11:45

Chaine : TV5
Des chiffres et des lettres

12:09

Chaine : TF1
Les 12 coups de midi !

12:00

Tous les programmes TV >

S'inscrire à la Newsletter

X