«Les pays les plus avancés n’organisent plus des Salons par pays, mais par régions. Le Salon international de l’agriculture au Maroc n’est plus seulement une plateforme de l’agriculture marocaine, mais celle de l’ensemble de l’Afrique», a déclaré Jawad Chami, commissaire du SIAM. Lors d’une rencontre avec la presse à Meknès, il a également indiqué que le rapport entre la quantité d’eau utilisée pour l’irrigation et les rendements des cultures au Maroc est supérieur à celui réalisé dans les autres pays africains.

Il a également fait savoir que dix-neuf pays d’Afrique sont représentés au SIAM 2017 alors que pour la première édition, en 2006, seules 18 coopératives étaient présentes. «Nous avons reçu cette année 600 demandes de participation», poursuit Chami, qui précise que c'est l’offre globale, saine et marchande qui préside aux choix des coopératives retenues pour le SIAM. En plus de sa vocation continentale, le SIAM, qui se poursuit jusqu’au 23 avril à Meknès, se veut également une courroie de transmission, pour cette édition, entre les agriculteurs et les agro-industriels, pour le développement de l’agrobusiness, thème de cette édition. «Ce sont deux mondes indissociables. L’agro-industriel connaît les attentes du marché et se doit de se rapprocher, en amont, des agriculteurs pour la valorisation des productions agricoles», a-t-il indiqué. Jawad Chami a également rappelé que le Plan Maroc vert entre dans sa deuxième phase, celle de la valorisation. Lors des neuvièmes Assises de l’agriculture, à Meknès le 17 avril, un contrat-programme a été signé entre le ministère de l’Agriculture, celui des Finances et la filière de l’agroalimentaire. Doté de 12 milliards de DH, ce contrat devrait permettre de créer 40.000 emplois et générer 13 milliards de DH de valeur ajoutée, qui permettra entre 2017 et 2021 d’atteindre 42 milliards de DH de chiffre d’affaires. Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, avait annoncé que les prévisions pour la campagne 2016-2017 font état d’une récolte céréalière record estimée à 102 millions de quintaux, toutes espèces confondues. La production d’agrumes a évolué de 20% en une année, atteignant 2,4 millions de tonnes, évolution en harmonie avec les objectifs fixés par le Plan Maroc vert», a souligné le ministre. Jawad Chami voit dans cette corne d’abondance l’origine de la forte affluence des agriculteurs au SIAM, contrairement à l’édition précédente qui s’est déroulée dans une campagne agricole morose. Cette année, la rapidité de la commercialisation des stands illustre le besoin des professionnels de se rencontrer.