Le secrétariat d’État chargé du Développement durable compte évaluer l’empreinte écologique, la bio-capacité et l’empreinte carbone du Maroc et de quatre régions : Marrakech-Safi, Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, Fès-Meknès et Souss-Massa. Il doit commanditer pour 2,8 millions de dirhams, le 3 octobre prochain, l’étude d’évaluation. Le processus devra aboutir à l’introduction d’un nouvel outil pour l’évaluation des politiques économiques au Maroc en relation avec l’utilisation des ressources naturelles et l’adoption de l'empreinte écologique et l’empreinte carbone dans les politiques publiques nationales et régionales. Il s’agit également de renforcer les capacités des parties prenantes en matière d’évaluation de l’empreinte écologique au niveau national et au niveau des 4 régions concernées. Le tout assorti de la mise à la disposition des décideurs d’un outil performant pour évaluer les impacts des différentes politiques sectorielles sur les ressources naturelles. Selon les explications du ministère, l’outil en projet devra se prêter à une utilisation facile et permettant le recoupement avec les impacts économiques et sociaux des différentes politiques sectorielles.

«L’empreinte écologique est un indicateur environnemental qui traduit la dépendance d’une population à un espace vital ramenée à son mode de vie, c’est-à-dire la quantité des ressources naturelles qu’elle doit utiliser pour le maintenir. Il calcule la surface nécessaire pour produire les ressources consommées et pour neutraliser les déchets produits», précise le ministère.