Les années 2017 et 2018 seront celles de l’accélération du développement de l’agrobusiness. Outre les actions dévoilées lundi lors des Assises de l'agriculture, le gouvernement est en train de négocier avec des bailleurs de fonds internationaux le financement de plusieurs programmes afin de booster les chaînes de valeur dans les secteurs agricole, agroalimentaire et agro-industriel. Selon nos informations, les négociations sont actuellement ouvertes avec la Banque mondiale et la Banque africaine de développement pour le lancement de deux programmes nécessitant un financement total d’environ 270 millions de dollars, soit l'équivalent de 2,7 milliards de DH. Selon des sources officielles proches du dossier, avec la Banque mondiale, le gouvernement prévoit de lancer un «Programme de renforcement des chaînes de valeur agroalimentaire/agrobusiness».

L’Institution de Bretton Woods propose d’appuyer ce projet avec un prêt de 200 millions de dollars, soit environ 2 milliards de DH, devant être accordé cette année. L'objectif du programme est d’accroître la compétitivité et la rentabilité de tous les acteurs du secteur de l’agroalimentaire (pour les deux volets : agricole et industriel) en permettant une meilleure collaboration entre producteurs (particulièrement les petits), transformateurs (les TPME surtout), distributeurs, spécialistes en commercialisation et services alimentaires ainsi qu’un accès plus facile aux marchés avec des produits de haute qualité. Le programme proposé soutiendrait ainsi la réalisation des objectifs du Plan Maroc vert et du Plan d’accélération industrielle de transformer le secteur agroalimentaire en une source de croissance durable et de développement économique inclusif et de le rendre plus compétitif particulièrement à l’export.

Pour ce qui est du programme négocié avec la BAD, il vise la «Promotion des chaînes de valeur et de l’entrepreneuriat agroalimentaire». La Banque africaine propose un financement d’environ 70 millions de dollars, soit environ 700 millions de DH à accorder en 2018. Ce programme négocié a particulièrement pour objectif le développement des chaînes de valeur agricoles pour des produits à haute valeur ajoutée et à destination de l’export comme l’olive et l’amandier. Il est censé permettre la mise en place d’un environnement plus favorable pour la collaboration et la commercialisation des productions ainsi que d’incubateurs pour les jeunes entrepreneurs agricoles. L’accès aux financements pour les toutes petites entreprises agricoles sera facilité afin de renforcer leur résilience. Des Assistances techniques accompagneront le développement de ces chaînes de valeur agricoles et agroalimentaires (identification de produits et de marchés).

Rappelons, par ailleurs, qu’en partenariat avec la BAD notamment, le gouvernement prévoit de créer un fonds de Private Equity (capital-investissement) pour renforcer la compétitivité et la productivité des PME agroalimentaires, surtout le secteur exportateur, dans le cadre du renforcement des chaines de valeurs. Comme nous l’annoncions en exclusivité fin mars dernier, ce «Fonds pour le développement de l’agro-industrie» devrait permettre, dans une première phase, le financement d’une vingtaine d’unités industrielles de transformation des produits agricoles. L'objectif est de lever au moins 1 milliard de DH pour faciliter l’accès au financement des PME de l’agrobusiness. La BAD propose une prise de participation de plus de 200 millions de DH dans ce Fonds qui devra être créé d’ici 2018.