28e Sommet de l’UA à Addis-Abeba

Le leadership du Maroc au service de l’Union africaine

,LE MATIN
02 Février 2017
lUnion-africaine.jpg Le retour du Maroc à l’Union africaine est somme toute logique et ne peut être que bénéfique pour l’ensemble du continent.

En réintégrant l’Union africaine, le Maroc n’a fait que sceller juridiquement une réalité déjà existante. Car le Maroc a certes claqué la porte de l’OUA (Organisation de l’unité africaine, ancêtre de l’UA) il y a 33 ans, mais il n’a jamais quitté l’Afrique, tant s’en faut. Son engagement pour le développement du contient et son soutien pour son développement socioéconomique n’ont fait que se renforcer au fil des années. Et le Royaume, qui a érigé la coopération Sud-Sud, notamment avec les pays du continent, en axe majeur de sa diplomatie, ne pouvait rester indéfiniment en dehors de sa famille institutionnelle africaine.

Le retour du Maroc à l’Union africaine va dans le sens de l’histoire. Car son attachement à ses origines africaines ne s’est jamais démenti depuis l’indépendance, donnant lieu à des projets de partenariat solidaires qui sont autant de modèles de coopération Sud-Sud. Mais force est de constater que depuis l’an 2000 la diplomatie marocaine, guidée par la vision clairvoyante de S.M. le Roi Mohammed VI, a franchi un palier supplémentaire en instaurant un nouveau paradigme dans ses relations avec les pays du continent.

«L’Afrique doit faire confiance à l’Afrique». Cette phrase tirée du célèbre discours prononcé par le Souverain en 2014 à Abidjan résume on ne peut mieux l’approche du Royaume. Une approche qui s’inscrit dans une logique de partenariat gagnant gagnant et place le développement de la population africaine au cœur de tout projet de coopération. Cette vision audacieuse et inédite, portée par S.M. le Roi, constitue de l’avis de beaucoup d’observateurs une rupture historique et décisive avec les équations et les schémas classiques de coopération. Les visites royales dans plusieurs pays du continent (y compris ceux de l’est tout récemment) traduisent cette nouvelle vision et expriment également la volonté réelle du Maroc d'asseoir, avec les pays africains sans exception, une coopération solide et diversifiée.

Si les relations entre le Maroc et l’Afrique ont pris un essor sans précédent depuis le début du nouveau millénaire, boostées par un secteur privé marocain de plus en plus entreprenant, il faut souligner que les nombreuses visites effectuées par Souverain dans plusieurs pays subsahariens ont redonné aux relations maroco-africaines leurs lettres de noblesse. Depuis l’année 2000, S.M. le Roi a effectué 46 visites dans 25 pays africains, qui ont donné lieu à la conclusion à 949 accords.

Ces visites, au-delà de leur charge symbolique, ont été l’expression concrète de la solidarité agissante du Royaume avec les pays subsahariens. En effet, lors de chaque tournée royale, des projets socioéconomiques ayant un impact direct sur la vie des populations ont été lancés, des accords de coopérations signés et des partenariats conclus.
Mais l’engagement du Royaume pour l’Afrique ne porte pas que sur le volet économique, l'aura spirituelle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en Sa qualité de Commandeur des croyants et de descendant du Prophète, est perçue dans beaucoup de pays du continent comme garante de la promotion d'un Islam modéré et tolérant. La création de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains à Fès constitue, à juste titre, la parfaite illustration du leadership spirituel du Royaume en Afrique. C’est aussi l’une des manifestations les plus éclatantes de l’aura et du rayonnement religieux du Souverain à l’échelle du continent. Cette initiative royale, portée par une volonté sincère de promouvoir un Islam tolérant, ouvert et authentique, traduit une vision claire et une approche perspicace visant à apporter des réponses lucides et efficaces aux menaces qui pèsent sur le continent, notamment la montée de l’extrémisme et l’instrumentalisation de l’Islam à des fins idéologiques et politiques.

L’Afrique, frappée de plein fouet par l’hydre du terrorisme, avait grandement besoin d’une institution de cette envergure, capable de fédérer ses dignitaires religieux et de s’ériger en rempart infranchissable contre les prêcheurs de la haine et de la discorde. Fort des liens tant religieux qu’historiques et culturels qui unissent le Maroc à l’Afrique, le Royaume était le pays le mieux à même de porter un tel projet. C’est pourquoi le Souverain avait affirmé que cette fondation est «un jalon de plus dans notre orientation stratégique visant à hisser les relations de coopération politique et économique qui unissent le Maroc à un certain nombre d’États africains frères au niveau d’un partenariat solidaire efficace, dans les différents domaines».

Pour toutes ces raisons, le retour du Maroc à l’Union africaine est somme toute logique. Et ne peut être que bénéfique pour l’ensemble du continent. Le Royaume mettra son savoir-faire et son expertise dans beaucoup de domaines au service de ses frères africains. Économie, finances, éducation, lutte contre le terrorisme, nouvelles technologies, agriculture… sont autant de secteurs qui pourraient faire l’objet de coopérations plus étroites entre le Maroc et les autres pays du continent. De plus, le Royaume, fort de son statut d’acteur régional crédible et respecté, donnera plus de punch et d’efficacité et une aura incontestable à l’organisation panafricaine.

«Le Maroc apportera ses succès politiques et diplomatiques, son influence et sa crédibilité sur la scène internationale, mais aussi son expérience et ses réussites dans les innovations et les progrès technologiques comme le développement durable, les énergies renouvelables ou le développement humain. Le Maroc est une référence et, dans de nombreux domaines, un leader international, par exemple dans le secteur de l’écologie, comme le démontre le succès de la COP 22 à Marrakech, ou encore celui des nouvelles technologies», analyse l’eurodéputée Rachida Dati dans une déclaration au «Matin».

Liesl Low-Vaudran, consultante de l’influent Institut des études sécuritaires (ISS, un think tank basé à Pretoria, Afrique du Sud), partage la même analyse. Elle estime que le retour du Maroc au sein de sa famille africaine est un cheminement tout à fait logique d’un pays qui s’impose par son poids et son influence dans son environnement régional, continental et international.



Adoption de la loi approuvant l'acte constitutif de l'UA par les deux Chambres du Parlement

Le Parlement marocain, avec ses deux Chambres, a adopté à l'unanimité, les 18 et 19 janvier dernier, le projet de loi N° 01.17 portant approbation de l'acte constitutif de l'Union africaine (UA), marquant ainsi une étape importante qui confirme la détermination constante du Royaume, sous la conduite de S.M. le Roi Mohammed VI, de retrouver sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle africaine. Les commissions en charge des affaires étrangères dans les Chambres des représentants et des conseillers avaient auparavant adopté à l'unanimité le projet de loi N° 01.17 portant approbation de l'acte constitutif de l'Union africaine (UA), signé le 11 juillet 2000 à Lomé (Togo) tel qu'amendé par le protocole adopté le 3 février 2003 à Addis-Abeba (Éthiopie) et le 11 juillet 2003 à Maputo (Mozambique), en présence du ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Nasser Bourita.Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, a expliqué que, outre son caractère proactif, l'initiative d'accélérer les procédures internes relatives à l’approbation de l’acte constitutif de l’Union africaine, va priver les adversaires du Royaume d'une carte de pression pour retarder le processus d'adhésion du Maroc au sein de sa famille institutionnelle. «Après avoir achevé les démarches prévues selon la procédure d'adhésion à l'UA, il a été procédé à la réalisation des procédures internes conformément aux dispositions de la Constitution du Royaume, notamment l'article 55», a-t-il ajouté. Il a assuré que l'adoption de ce projet la loi n’est pas uniquement un acte procédural, mais une décision politique qui émane de la confiance du Maroc en la sagesse des frères africains, et constitue aussi un message diplomatique clair quant à l’unité nationale et au sérieux du Royaume du Maroc.Les interventions des différentes composantes des Chambres des représentants et des conseillers, groupes et groupements parlementaires, ont été unanimes à souligner que l'adoption du projet de loi portant approbation de l'acte constitutif de l’UA constitue une étape historique par «excellence». Une étape qui illustre la communion nationale au service de l’intérêt supérieur de la patrie, notant qu’à travers cette adoption les parlementaires envoient un message par le biais duquel ils réaffirment qu’ils sont mobilisés derrière S.M. le Roi pour la défense de la Cause nationale.

E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
25 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés