La réduction peut aller jusqu’à 65%

Le ministère de la santé annonce la baisse des prix de 75 médicaments

Abdelwahed Rmiche,LE MATIN
16 Juillet 2017
La-reduction-peut-aller-jusqu-a-65.jpg Après cette nouvelle réduction des prix, le département d'El Hossein El Ouardi aura baissé les prix de 3.729 médicaments et dispositifs médicaux.

Le département d'El Hossein El Ouardi annonce la baisse des prix de 75 médicaments. La réduction peut aller jusqu’à 65%. Plusieurs maladies chroniques et affections graves sont concernées.

Le ministère de la Santé vient de procéder à une nouvelle baisse du prix des médicaments. Pouvant aller jusqu’à 65%, dans certains cas, cette baisse concerne pas moins de 75 produits. Cette vague de réductions qui intervient quelques jours seulement après une opération similaire ayant touché 54 médicaments (jusqu’à -46%), concerne des médicaments utilisés pour le traitement de nombreuses malades chroniques. Il s’agit notamment, selon le ministère de la Santé, des cardiopathies, des troubles de la tension artérielle, du diabète, de certaines maladies contagieuses et inflammatoires. La baisse concerne aussi certains médicaments prescrits pour les affections du système nerveux, dermatologiques, psychiques, allergiques, gastriques ainsi que des antibiotiques, outre des médicaments spécifiques au traitement de certains cancers.

Après cette nouvelle réduction des prix, le département d'El Hossein El Ouardi aura baissé les prix de 3.729 médicaments et dispositifs médicaux depuis la promulgation, fin 2013, du décret 2-13-852 relatif aux conditions et aux modalités de fixation des prix de vente des médicaments fabriqués localement ou importés. Selon le ministère de la Santé, les baisses des prix des médicaments entrent dans le cadre de la politique pharmaceutique qui insiste sur la consécration du droit d’accès aux médicaments en tant partie intégrante du droit constitutionnel d’accès aux soins.

Pour rappel, une mission parlementaire d’information a été mise sur pied en 2009. Sa principale mission consistait à étudier la problématique des prix des médicaments. Son rapport, présenté devant la commission des finances et du développement économique de la Chambre des représentants, le 3 novembre 2009, insistait sur trois points. Primo, les prix des médicaments au Maroc sont anormalement élevés, quels que soient le critère de comparaison choisi et la catégorie de médicament. Secundo, la responsabilité principale incombe à une partie de l’industrie pharmaceutique ainsi qu’aux procédures définies par l’Administration pour la fixation des prix des médicaments et de leur remboursement par l’assurance maladie. Tertio, il est possible de baisser rapidement et de manière significative les prix des médicaments au Maroc et leur coût pour la collectivité nationale en appliquant un ensemble de mesures qui dépendent essentiellement des autorités publiques. Visiblement, les conclusions de cette commission d’information ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Mais il a fallu attendre 2014, pour assister à la première vague de baisse des prix des médicaments. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
26 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés