Une voiture a foncé mercredi matin sur des militaires en patrouille dans une banlieue du nord-ouest de Paris, faisant 6 blessés et conduisant à l'ouverture d'une enquête par la justice antiterroriste. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête, notamment pour «tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en lien avec une entreprise terroriste».

La France est visée depuis janvier 2015 par une vague d'attentats jihadistes, pour la plupart revendiqués par le groupe État islamique (EI), qui a fait au total 239 morts. Les dernières ont tout particulièrement visé les forces de l'ordre, sur des sites emblématiques. La préfecture du département des Hauts-de-Seine a évoqué un «acte a priori volontaire», à propos de cet incident qui intervient quatre jours après une tentative d'attaque contre d'autres soldats en patrouille antiterroriste sur le site de la Tour Eiffel à Paris. «Ce matin à la sortie de leur caserne, nos militaires sont sortis en groupe pour aller faire leur tournée et un véhicule BMW prépositionné dans l'allée leur a foncé dessus», a déclaré Patrick Balkany, le maire de cette banlieue «calme et sécurisée», où selon lui, «il n'y a jamais eu d'incidents». L'état d'urgence, mis en place après les attentats de novembre 2015, a été récemment renouvelé jusqu'au 1er novembre.