Les échanges commerciaux intraméditerranéens représentent presque 25% du trafic maritime mondial. Cependant, environ 90% du trafic total de fret maritime méditerranéen se produisent entre les ports du Nord. À l’opposé, le trafic de fret maritime entre les ports du Nord et du Sud de la région représente seulement 7%. Quant au trafic de fret maritime entre les ports du Sud et de l’Est de la Méditerranée, il équivaut seulement à 1%.

«Par conséquent, la région offre un potentiel énorme pour atteindre un degré d’intégration plus poussé du commerce maritime entre ses deux rives, un point essentiel pour créer les conditions susceptibles d’améliorer l’emploi, la prospérité et la stabilité dans les pays qui l’entourent», indique le Secrétariat général de l’Union pour la Méditerranée (UpM) dans un communiqué publié à l’occasion de la Journée mondiale de la mer 2017 (28 septembre). «Renforcer les secteurs maritimes et portuaires en tant que créateurs de richesse, aussi bien sur terre qu’en mer, grâce au développement d’une économie bleue durable, est une priorité de l’Union pour la Méditerranée qui se joint à la célébration de la Journée mondiale de la mer 2017 sur le thème : Connecter navires, ports et personnes», est-il souligné. L’UpM soutient trois projets labellisés pour une valeur totale de 520 millions d’euros dans les domaines du transport, du commerce et de la logistique maritimes. «L’UpM unit ses efforts à ceux de la communauté internationale afin de promouvoir le secteur maritime par la création de conditions propices au dialogue régional et la coopération sur des projets et des initiatives ayant un impact régional en Méditerranée», soutient Ihab Fahmy, secrétaire général adjoint au Transport et développement urbain. «Un transport, un commerce et une logistique maritimes plus intégrés et efficaces représentent des moteurs essentiels de la création d’emplois, du développement durable et de la stabilité régionale», ajoute-t-il.