Marrakech

Le tourisme médical a le vent en poupe

Mokhtar Grioute,LE MATIN
24 Mars 2017
Le-tourisme-medical-b.jpg Les intervenants ont été unanimes à souligner que Marrakech dispose d’infrastructures hospitalières de qualité pour devenir la Capitale africaine du tourisme médical.

La deuxième édition du Salon «Africa Medical Tourism Expo» s’est déroulée, du 22 au 24 mars à Marrakech, avec la participation d’experts aussi bien nationaux qu’internationaux et d’acteurs majeurs du secteur du tourisme médical, de santé et de bien-être.

Placé sous le thème «Pour la création d’écosystèmes du tourisme médical en Afrique», «Africa Medical Tourism Expo» se proposait de faire émerger les perspectives de développement du tourisme médical, un secteur porteur dans le continent. L’événement avait également pour vocation de créer une vitrine internationale dédiée à ce segment touristique. L’objectif est de positionner le Maroc en général, et la ville de Marrakech en particulier, en tant que pôle de santé et carrefour du tourisme médical africain. Longtemps chasse gardée des puissances industrialisées à haut pouvoir d’achat, le tourisme médical a aujourd’hui le vent en poupe dans de nombreux pays émergents, tels le Maroc, la Tunisie, la Thaïlande, la Turquie, le Mexique, l’Argentine, la Malaisie et le Liban. Il s’agit ainsi pour les patients voyageurs d’éviter de longues listes d’attente, d’accéder à des soins de meilleure qualité ou d’échapper à des traitements onéreux dans leurs propres pays. Au départ apanage des classes sociales aisées, le tourisme médical s’est progressivement ouvert à un plus grand nombre et est en pleine expansion. Les chiffres sont d’ailleurs éloquents.

Selon une étude récente de «Visa et Oxford Economics», le secteur, qui pesait en 2015 quelque 60 milliards de dollars, devrait augmenter de 25% par an sur la prochaine décennie. «Le Maroc dispose d’une multitude d’atouts et d’avantages compétitifs indéniables en matière d’offre sanitaire et médico-sociale, combinant à la fois soins médicaux et séjours de convalescence dans des complexes touristiques de haute facture», a souligné le commissaire général du Salon, Khalil Daffar. Et de faire observer que le Royaume a été répertorié, par le journal leader du secteur «Medical Tourism Index» dans son dernier rapport, 31e sur les 41 principales destinations de celles et ceux qui cherchent des services à valeur ajoutée et des soins de santé de haute qualité. Dans ce classement, a-t-il ajouté, le Maroc s’adjuge la troisième place dans l’espace francophone après la France et le Canada. La même source a indiqué que les voyages de «bien-être» dans le Royaume avaient dépassé la barre des deux millions de touristes en 2012. Le commissaire général du Salon a également mis l’accent sur la nécessité de conquérir le marché arabe qui, selon l’Organisation arabe du tourisme, dépense 27 milliards de dollars chaque année à l’étranger dans le tourisme médical. Il convient de signaler que parmi les exposants du Salon, il y a lieu de citer le groupe français «Elsan», deuxième acteur d’hospitalisation privée dans l’Hexagone avec 83 établissements, qui s’est associé avec des médecins marocains pour investir dans la construction de la «Clinique ville verte» à Bouskoura, dont l’ouverture est prévue en juin prochain. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés