54e anniversaire de S.M. le Roi Mohammed VI

Les jeunes au cœur des préoccupations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI

Abdelwahed Rmiche,LE MATIN
20 Aout 2017
Les-jeunes-au-coeur-des-preoccupations-de-SM-LE-ROI.jpg 15 février 2016 : S.M. le Roi Mohammed VI a inauguré, à Salé, le Centre d’insertion et d’aide par le travail à l’occasion du lancement de la Campagne nationale de solidarité. Ph. MAP

Les jeunes, leur bien-être économique et social, leur épanouissement psychologique ainsi que leur sécurité spirituelle sont au cœur des préoccupations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI depuis Son accession au Trône de Ses glorieux ancêtres. Le Souverain, depuis le début de son règne, a en effet hissé la question de la jeunesse au rang de ses priorités.

Ce choix pertinent et lucide traduit la conscience de Sa Majesté le Roi du rôle primordial et déterminant que jouent les jeunes dans l’édification et l’émergence des nations. Fer de lance de tout projet de société, ils sont au cœur de toutes les stratégies de développement. Étant aux premières loges du combat pour l’égalité, la liberté, la dignité et le vivre-ensemble, ils incarnent l’espoir, l’avenir et la relève. Il n’est pas étonnant qu’ils fassent l’objet d’une sollicitude royale sans égale et qu’ils figurent en bonne place dans l’agenda du Souverain.

L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), véritable chantier de règne s’il en est, illustre de manière éloquente tout l’intérêt porté à cette frange sociale. Ses projets concourent tous à promouvoir les conditions de vie des jeunes en les extirpant des affres de l’exclusion et de la précarité. Entre 2005 et 2016, l’INDH a permis de sortir quelque 10 millions de personnes de la pauvreté et de la vulnérabilité. Une grande partie des bénéficiaires de cette Initiative sont des jeunes ayant profité de l’appui et de l’accompagnement nécessaires pour réaliser des projets générateurs de revenus et pouvoir ainsi vivre dignement.

La sollicitude royale envers les jeunes se traduit également à travers les réformes engagées dans les secteurs de la formation et de l’emploi. Car il va sans dire que sans formation de qualité, les jeunes ne peuvent prétendre à accéder au marché du travail et contribuer à la réalisation des chantiers de développement ouverts dans tous les domaines. Outre la réforme de l’école qui vient d’être relancée, d’innombrables instituts et établissements de formation ouvrent leurs portes à des milliers de bacheliers chaque année. Ils leur dispensent des formations de qualité, de haut niveau et les préparent ainsi à entrer de plain-pied dans la vie active.

Outre la formation, la sollicitude bienveillante dont Sa Majesté le Roi entoure les jeunes se manifeste aussi à travers le souci constant de les protéger des dangers qui les guettent. C’est la raison pour laquelle le Souverain tient à mettre à leur disposition des structures appropriées pour canaliser leurs énergies, s’épanouir et donner libre cours à leur élan créatif. Les terrains de proximités, les foyers de jeunes filles, les centres socio-éducatifs… créés dans la plupart des villes participent de cette volonté de leur offrir un encadrement susceptible de les protéger de leur éviter de tomber dans l’engrenage de la drogue, de l’alcool et de la délinquance.

Mais la protection des jeunes ne peut être confinée au seul volet social. Elle s’étend aussi au volet spirituel. La réforme du champ religieux menée avec clairvoyance et perspicacité depuis 2004 sous la conduite de Sa Majesté le Roi, Amir Al Mouminine, vise notamment à les prémunir des idées dévastatrices et des discours radicaux qui font le lit de l’extrémisme violent. C’est en promouvant un islam authentique, ouvert et tolérant que le Royaume a pu sauver ses jeunes de l’idéologie djihadiste qui fait des ravages sous d’autres cieux.

Avec l’adoption de la Constitution de 2011, un nouveau palier a été franchi. Les jeunes ont vu leur statut mieux reconnu, leur rôle renforcé et leurs droits entérinés. La Loi fondamentale a en particulier mis l’accent sur la responsabilité des pouvoirs publics dans la mise en place de politiques à même de favoriser l’implication des jeunes dans tous les chantiers. L’article 33 est on ne peut plus clair. Il stipule qu’il incombe aux pouvoirs publics de prendre toutes les mesures appropriées en vue de «d’étendre et généraliser la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel et politique du pays». La volonté politique de mettre les jeunes au cœur du projet de société voulu par S.M. le Roi est ainsi clairement affichée et constitutionnellement scellée.





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
22 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés