Après 20 ans d’appréhension, d’amertume et de déception, les Lions ont finalement accédé au plus grand événement planétaire du football. Une qualification qui a fait un tabac dans les médias nationaux, unanimes à saluer les prouesses des joueurs d’Hervé Renard, mais aussi dans les supports médiatiques du monde entier. Les sites officiels des clubs européens où évoluent les internationaux marocains ont tous réagi après le succès des Lions à Abidjan, à l’image du Real Madrid d’Achraf Hakimi, du Southampton de Soufiane Boufal, de l’Ajax Amsterdam de Hakim Ziyech ou encore le Shalke 04 d’Amine Harite. Le site de l’instance mondiale du football, FIFA.com, a salué la «victoire impressionnante 2-0» des Lions à Abidjan pour décrocher leur première qualification depuis 1998. Le groupe américain ESPN, sur son site officiel, a commenté : «Le Maroc étourdit la Côte d’Ivoire et s’empare du billet pour la Coupe du monde 2018».

En Angleterre, les fameux quotidiens tabloïdes ont regretté l’absence de Zaha et Aurier lors du prochain Mondial en saluant la victoire méritée du Maroc, à commencer par le Daily Mail : «Nabil Dirar et Mehdi Benatia frappent pour expédier les Lions de l'Atlas à la première Coupe du monde depuis 1998, les célébrations éclatent». Le journal britannique encense ensuite le coach du Maroc et ses statistiques éloquentes : «Hervé Renard a mené les Marocains vers un troisième tour de qualification exemplaire. Non seulement ils sont restés invaincus, avec trois victoires et trois nuls en six matches, mais n'ont aussi encaissé aucun but. Renard est soutenu sur la ligne de touche par le directeur adjoint Mustapha Hadji, l'ancien milieu de terrain de Coventry et d’Aston Villa». «The Sun» a également rappelé l’excellent parcours des Lions, par le biais d’un article sous le titre : «La Côte d’Ivoire rate sa qualification au Mondial 2018 après une défaite encourue face au Maroc à domicile». En Espagne, le journal AS a mis le focus sur la qualification d’Achraf Hakimi avec les Lions pour le Mondial 2018 («Achraf disputera le Mondial»), en plus de plusieurs articles sur les festivités du peuple marocain et des Marocains résidant en Europe. La page Facebook officielle de la Liga a aussi préparé une belle infographie représentant les Marocains du championnat espagnol et a souhaité bonne chance à la sélection au Mondial. 

Chez France Football, l’occasion a été de rappeler aux Français que les deux passages mitigés de Renard à Sochaux et à Lille n’ont été que deux faux-pas insignifiants. Le magazine spécialisé en sport a recueilli les témoignages de Junior Tallo (joueur ivoirien), Florian Marange (ancien joueur de Sochaux) et Michel Dussuyer (ami de Renard et ancien coach du Wydad). L’article est titré : «Hervé Renard mérite plus de respect», et rappelle que le technicien «a mené le Maroc à une phase finale de Coupe du monde. Une nouvelle grande performance pour un entraîneur star en Afrique, mais pas vraiment chez lui, en France». Le Point.fr consacre, à son tour, un joli portrait sur le coach français, titré : «Hervé Renard, le porte-bonheur africain». On y retrouve une belle analyse de son style de jeu et une ode à son pragmatisme : «La méthode Hervé Renard semble marcher quasiment à chaque fois sur le sol africain mais ne présente rien de surnaturel. Il use des mêmes recettes : jeu défensif, construction d'un esprit commando pour juguler la pression, et beaucoup de pragmatisme. Hervé Renard n'a rien d'un dogmatique. Ses idées tactiques ne révolutionneront pas le football et il se rapproche plus d'un Didier Deschamps que d'un Pep Guardiola». L’Equipe, elle, a consacré plus de 8 articles et vidéos au succès de la sélection marocaine, en mettant l’accent sur le rôle d’Hervé Renard et sur l’invincibilité du portier Munir El Mohamedi El Kajoui. 

La presse égyptienne divisée par la qualification du Maroc

Une partie de la presse égyptienne n’a visiblement toujours pas digéré la consécration du Wydad de Casablanca aux dépens d’Al Ahly du Caire, à l’image du journal «Al Masri Al Yaoum» qui a titré : «Le Maroc adule le “Ramasseur de détritus” après la qualification», faisant allusion à la société de nettoyage d’Hervé Renard en France. Le célèbre journaliste spécialisé Khalid El Ghandour, lors d’une analyse sur la chaîne LTC, a tenu, quant à lui, un discours tout à fait opposé : «Si l’on devait s’exprimer avec sincérité, je dirais que dans le classement des équipes africaines les plus puissantes actuellement, le Maroc occupe la première place, suivi du Sénégal puis de la Tunisie et l’Égypte qui sont à peu près du même niveau. Si le tirage au sort les épargne, je pense que les Marocains décrocheront leur qualification pour les huitièmes, car ils seront la meilleure équipe arabe au Mondial 2018 avec des joueurs de très haut niveau et un banc de touche très bien garni». À noter que le Maroc pourrait croiser l’Égypte en Coupe du monde 2018, vu la classification des deux équipes selon les chapeaux du tirage au sort (voir encadré). 

 

Le Maroc dans le 4e chapeau en vue du tirage du 1er décembre 

Les derniers matchs de qualification devant être disputés en novembre, la cérémonie du tirage au sort de la phase finale du Mondial 2018 est prévue le vendredi 1er décembre prochain, dans la salle de concert du palais d'État du Kremlin à Moscou. Les 32 qualifiés seront répartis en quatre chapeaux de huit équipes, la hiérarchie étant établie en fonction du classement FIFA en date du 16 octobre. Dans le premier chapeau, on retrouve la Russie, l’Allemagne, le Brésil, le Portugal, l’Argentine, la Belgique, la Pologne et la France.

Le chapeau 2 est constitué de l’Espagne, l’Angleterre, la Colombie, le Mexique et l’Uruguay, tandis que le 3 compte, jusqu’à présent, l’Égypte et l’Iran et pourrait recevoir l'Islande, le Costa Rica, la Serbie, le Nigeria ou le Japon. Le Maroc est logé dans le chapeau 4 avec le Panama, la Corée du Sud et l’Arabie saoudite en attendant la fin des qualifications. L’un des meilleurs scénarios pour les Lions serait de croiser la Russie en tant que pays organisateurs, ce qui lui éviterait les grosses pointures du chapeau 1.