Tanger

Présentation du livre «Mohammed VI, le Roi stabilisateur»

Driss Lyakoubi,LE MATIN
11 Septembre 2017
Tanger-bn.jpg Une pléiade d’enseignants universitaires, de chercheurs et de journalistes a mis en exergue les spécificités du Maroc.

La Fondation Mekki Moursia pour la culture et les arts a récemment organisé, au Centre culturel Ahmed Boukmakh de Tanger, une table-ronde consacrée au livre «Mohammed VI, le Roi stabilisateur», en présence de son auteur, Jean Claude Martinez.

Cette rencontre, à laquelle a pris part une pléiade d’enseignants universitaires, de chercheurs et de journalistes, a été l’occasion pour mettre en exergue les spécificités du Maroc. Un pays qui jouit d’une stabilité politique grâce à une légitimité monarchique qui puise ses racines dans une Histoire millénaire et qui est en phase avec les mutations profondes du monde moderne.

Fin connaisseur du Maroc et grand expert du fonctionnement de ses institutions, Jean Claude Martinez a souligné, lors de son intervention, que le Royaume, grâce à la clairvoyance du Souverain, constitue le seul pôle de stabilité dans un monde arabe en pleine tourmente. L’auteur n’a pas manqué de rappeler, lors de son allocution, que S.M. le Roi Mohammed VI a été formé au métier de Roi et qu’à ce titre il est aussi Commandeur des croyants. Cette double légitimité, explique-t-il, a fait que le Maroc constitue un îlot de paix et de stabilité dans une région incandescente. Tirant la sonnette d’alarme, Jean Claude Martinez a tenu à préciser que la stabilité de l’Europe était menacée par les flux migratoires, le terrorisme et les trafics de tous genres et que l’unique solution réside dans des partenariats avec les rares États stables du sud de la Méditerranée, le Maroc en particulier.

En vue d’enrichir le débat, le professeur-chercheur Abdellaziz Tilani de la direction des Archives royales, les professeurs Mustapha El Ghachi et Saïda El Othmani de l’Université Abdelmalek Assaâdi de Tétouan se sont succédé à la tribune. Ils ont mis en lumière les spécificités de la monarchie marocaine qui a toujours œuvré pour la sauvegarde de l’unité nationale et pour la promotion des valeurs de paix, de tolérance et de coexistence entre les peuples.
À l’issue de cette table ronde, il a été procédé à la signature de deux conventions. La première entre Rabea Moursia, présidente de la Fondation Mekki Moursia, et l’architecte espagnol Manuel Saavedra. Celle-ci porte sur la création, dans la ville du détroit, d’un parc culturel «Medina Andalus» qui met en exergue l’Histoire rayonnante de l’époque andalouse. Quant à la deuxième convention, elle a été signée entre l’écrivain Jean Claude Martinez et la Fondation Mekki Moursia et elle porte sur la traduction, en langue arabe, de l’ouvrage «Mohammed VI, le Roi stabilisateur». Il est à noter qu’une exposition photographique de l’artiste Naoual Maaroufi, consacrée à l’héritage andalou, a été organisée en marge de cette table ronde. Il s’agit d’une collection mettant en valeur la richesse d’un patrimoine qui fait partie intégrante de l’identité marocaine. 





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
20 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés