Ils seront quatorze films à participer à la compétition officielle de la 20e édition du Festival du cinéma africain de Khouribga, qui se tient du 9 au 16 septembre sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI. La compétition officielle de cette édition, qui coïncide avec le 40e anniversaire de la création du festival (1977-2017), verra la participation de 14 films. Ces opus seront en lice pour remporter le grand Prix «Ousmane Sembène», indique un communiqué de la Fondation du Festival du cinéma africain de Khouribga (FFCAK), initiatrice de cet événement. Et de préciser que la liste des pays représentés inclut, outre le Maroc, le Ghana, le Sénégal, le Burkina Faso, l'Algérie, la Tunisie, l’Égypte, l'Afrique du Sud, l'Ouganda, le Bénin, le Togo, le Rwanda, le Mozambique et le Mali.

Les films prenant part à cette édition sont «Children of the Mountain» de la réalisatrice ghanéenne Priscilla Anany, «Félicité» du réalisateur sénégalais Alain Gomis, «Frontières» de la réalisatrice burkinabée Apolline Traoré, «Good luck Algeria» du réalisateur algérien Farid Bentoumi, «Hedi, un vent de liberté» du Tunisien Mohamed Ben Attia, «Un jour pour les femmes» de l'Égyptienne Kamla Abou Dikra, et «Kalushi» du Sud-Africain Mandela Walter. Il s'agit également des films «Organisation incontrôlable» du Béninois Arnold Aganssi, «Solim» du Togolais Steven Af, «L'orage africain» du Béninois Sylvestre Amoussou, «Le Belge noir» du Rwandais Jean-Luc Habyarimana, «Le train de sel et de sucre» de la Mozambicaine Licinio Azevedo, «Wùlu» du Malien Daouda Coulibaly, et «Hayat» du Marocain Raouf Sebbahi, apprend-on du communiqué de la FFCAK.

Le jury de la compétition officielle, qui sera présidé par le poète et écrivain marocain Abdellatif Laâbi, sera composé de l'actrice Rokhaya Niang (Sénégal), de l'artiste plasticienne Zoulikha Bouabdellah (Algérie), de l'actrice Sonia Oukacha (Maroc), de l'auteur et musicien Ray Lema (RDC), du producteur et réalisateur Pedro Pimenta (Mozambique) et de Nico Simon, président d'«Europa Cinemas» au Luxembourg. Le festival, qui prévoit d'autres Prix, dont ceux du jury, de la réalisation, du scénario, ainsi que le Prix «Mohamed Bastaoui» du meilleur premier rôle masculin, le Prix du meilleur premier rôle féminin, et les Prix des meilleurs seconds rôles masculin et féminin, constitue désormais un rendez-vous annuel renouvelant l'union liant les cinéastes marocains à leurs homologues africains, afin d'échanger sur les dernières productions cinématographiques du continent.