Dans le premier budget signé par le Président américain Donal Trump, la Maison-Blanche cherche à réduire le budget de l'EPA (Environmental Protection Agency) de 2,6 milliards de dollars sur les 8,3 milliards actuels. Quelque 3.200 emplois seraient supprimés, soit le cinquième des effectifs. Une telle coupe ferait tomber le budget de l'agence à son plus bas niveau depuis 40 ans, éliminant les fonds pour la recherche sur le changement climatique, les programmes de protection environnementale des États et des projets comme l'initiative de restauration des Grands Lacs et de la baie de Chesapeake qui dans ces derniers cas bénéficient d'un soutien bipartite. Ainsi, le budget de 100 millions de dollars consacré à la mise en œuvre du «Clean Power Plan» décrété par l'ancien Président Barack Obama pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques au charbon est purement et simplement éliminé.

M. Trump entend également réduire l'enveloppe octroyée par les États-Unis aux Nations unies pour combattre le changement climatique et ils demandent aussi l'élimination de quatre programmes de la Nasa consacrés à la science du climat. Le programme du satellite Observatory-3, qui aurait dû surveiller les émissions de CO2 dans l'atmosphère, serait abandonné. L'administration Trump veut aussi supprimer un programme de 250 millions de dollars dédié à la protection des écosystèmes côtiers de l'Agence nationale océanique et atmosphérique. Selon le «New York Times» même l'administrateur de l'EPA, Scott Pruitt, a plaidé pour une réduction moins drastique du budget.