La ville de Taza sera dotée d’un centre d’enfouissement et de valorisation des déchets ménagers. La province planche, en effet, sur une étude de faisabilité de ce projet. Celle-ci doit donc fournir les éléments de réponse dans le cadre d’une étude de faisabilité de la composante mise en décharge et valorisation des déchets pour une commune ou un groupement de communes. «La gestion des déchets ménagers et assimilés est à la charge des communes. C’est une tâche conséquente en raison des aspects organisationnels qui sont inhérents à cette gestion et surtout des coûts à supporter par la commune», indique la province. Pour cette dernière, la plupart des communes se lancent dans une solution de traitement des déchets sans en étudier la faisabilité. Ce qui a comme conséquence une probable gestion non appropriée.

«La maitrise des coûts permet de cerner les postes où des économies peuvent être faites dans le cas d’une gestion directe. La maitrise des coûts de gestion permet, en cas de gestion déléguée envisagée, de savoir quels sont les coûts de revient pour chaque poste. Ce qui permet de prendre connaissance des marges bénéficiaires de l’opérateur», explique le Conseil de la ville. La maitrise des coûts permet d’avoir les éléments de jugement des offres qui sont faites dans le cadre d’un appel d’offres de gestion déléguée et les éléments de négociations avec l’adjudicataire. L’étude de faisabilité en projet devra ainsi mettre en exergue les possibilités de montage financier potentiel pour la gestion des déchets. Le Centre d’enfouissement projeté comprendra plusieurs composantes dont un module de tri et criblage de la matière organique, un autre pour le compostage et un troisième dédié à la formulation du combustible. Concrètement, l’étude de faisabilité renfermera des données de base sur la commune et sur les déchets produits et susceptibles d’être traités. À cela s’ajoutent une évaluation des coûts d’investissement et de fonctionnement du centre et son module, rapporté à la tonne brute des déchets et une analyse de la faisabilité de la gestion déléguée, à la lumière des comptes communaux et des objectifs poursuivis par la commune ou le groupement des communes.