Une pirogue traditionnelle fidjienne illustrera, lors de la COP 23, la résilience de la culture ancestrale du Pacifique face aux effets néfastes du changement climatique. Cette pirogue de haute mer à double coque, appelée localement «drua», a été construite aux îles Fidji il y a trois ans. Les Fidji présideront la COP 23 du 6 au 17 novembre à Bonn. «Cette pirogue est un superbe exemple de la dextérité fidjienne. La “drua” illustre également la résilience de la culture ancestrale du Pacifique face aux effets néfastes du changement climatique», affirme Nick Nuttall, porte-parole de la COP 23 et directeur de la communication de l’ONU Changements climatiques. Ce responsable est cité dans la newsroom de la COP 23. Cette dernière rappelle que les îles Fidji, État insulaire vulnérable, subissent déjà les impacts du dérèglement climatique comme l’élévation du niveau de la mer et la survenue de cyclones plus violents.

«Nous avons besoin que cette COP 23 accélère l’action climatique», poursuit Nick Nuttall. «La conférence est une étape décisive sur la voie irréversible sur laquelle nous sommes engagés : celle d’un avenir à faibles émissions de carbone, celle sur laquelle nous devons continuer de cheminer ensemble, plus loin et plus vite». La «drua» a été livrée la semaine dernière au Centre de conférence international de Bonn (WCCB) qui est le cœur de ce qu’il convient d’appeler la zone «Bula» de la COP 23, au sein de laquelle se tiendront les négociations officielles sur le climat.