Forum de l’Institut marocain des relations internationales

Youssef Amrani : «Les actions de S.M. le Roi Mohammed VI en faveur du continent se sont toujours inscrites en faveur d'une Afrique plus présente sur la scène internationale et plus attentive aux diversités»

,LE MATIN
19 Mai 2017
Youssef-Amrani-2017--.jpg Youssef Amrani.

Les actions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en faveur du continent se sont toujours inscrites en faveur d’une Afrique plus réactive aux changements, plus présente sur la scène internationale et plus attentive aux diversités, a souligné Youssef Amrani, chargé de mission au Cabinet royal, qui intervenait, vendredi à Casablanca, dans le cadre des travaux du Forum de l’Institut marocain des relations internationales (IMRI), centré sur «La montée des nationalismes : quel avenir pour la mondialisation ?» Ce Forum, organisé sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, est initié par l’IMRI en partenariat avec la Fondation Hanns Seidel. Pour M. Amrani, «il est impératif de repenser les relations à construire entre l’Afrique et les autres régions du monde, en réfléchissant à des instruments novateurs, à la faveur de nouveaux partenariats, compatibles avec les ambitions légitimes et les priorités du continent africain», notamment dans un contexte international «en proie à la montée des nationalismes et aux dérives de la mondialisation déshumanisée et incontrôlée».

Pour M. Amrani, «le repli identitaire et le rejet de l’autre ne sauraient constituer une vraie solution», d’autant plus relève-t-il que «nous sommes face à une crise qui interpelle l’Occident sur la construction urgente du vivre ensemble et la réalisation d’espaces de coexistence apaisés». Selon lui, «la mondialisation peut constituer un facteur de croissance, d’échanges, voire un puissant moteur de développement lorsqu’elle est maitrisée», cependant, a-t-il relevé, «elle présente aussi des risques d’instabilité, de ruptures, voire d’antagonismes si elle est incontrôlée». C’est la raison pour laquelle, a-t-il insisté, «seul un modèle de globalisation, plus efficient et inclusif, est à même d’apporter des réponses aux défis et enjeux qui s’imposent actuellement», notant que «l’Afrique doit retrouver la place qui lui est due dans ce nouvel ordre de demain, pour un meilleur partage de la valeur ajoutée créée en commun».

Pour M. Amrani, «Sa Majesté le Roi Mohammed VI a toujours voulu faire du continent un acteur de plein droit dans le monde», et d’ajouter que «l’insertion de l’Afrique dans la mondialisation ne peut se concrétiser sans la réalisation de profonds changements structurels, à la faveur d’une gouvernance efficiente et performante, qui permettra aux générations futures de tirer profit d’une mondialisation partagée, au service de la paix et du développement durable humain». «Les actions de Sa Majesté le Roi en faveur d’une Afrique rénovée se sont toujours inscrites en faveur d’une Afrique plus réactive aux changements, plus présente sur la scène internationale et plus attentive aux diversités, et ce en tenant compte de la réalité continentale et des nombreuses opportunités dont regorge le continent», a-t-il rappelé. Aussi, «il convient aujourd’hui de regarder vers l’Afrique avec une approche à la fois ambitieuse et courageuse» et c’est justement «tout le sens de la politique africaine du Royaume, cohérente, pragmatique et volontariste, voulue et impulsée par le Souverain», a souligné M. Amrani. «Notre pays a toujours considéré l’Afrique plus comme une opportunité, plutôt qu’une menace», d’où «les importants projets structurants phares, mutuellement bénéfiques, hautement portés par Sa
Majesté le Roi Mohammed VI, en faveur du continent et qui attestent des vertus du partenariat unique et novateur Maroc-Afrique, tourné vers le progrès et l’avenir».

À titre d’exemple, «le projet de Gazoduc Nigeria-Maroc, fédérateur et prometteur, qui représente le modèle de partenariat Sud-Sud tel que voulu par le Souverain, outre un véritable outil d’intégration, servira de catalyseur en termes de développement économique, de croissance et de développement social pour les pays de l’Afrique de l’Ouest», a-t-il souligné. Aussi, selon M. Amrani, le Maroc part du principe que «l’intégration régionale africaine dans la mondialisation ne peut être tributaire du développement national isolé», et de mentionner «qu’il convient d’accélérer le processus d’intégration intra-africain comme vecteur de la mondialisation, tout comme il est impératif pour l’Afrique de prendre en charge ses propres défis, en faisant valoir son développement multidimensionnel». Et c’est dans ce contexte que le Maroc «s’est engagé dans une projection continentale franche et assumée, qui se concrétise dans un cadre de complémentarité résolument africain», a-t-il fait savoir. Et de conclure que «l’Afrique dispose aujourd’hui d’un énorme potentiel économique et humain qu’il convient de valoriser, au bénéfice du développement humain durable» relevant qu’il est temps «de permettre au continent de faire entendre sa voix dans les débats sur les grands enjeux internationaux et participer ainsi aux grandes décisions, au sein des instances internationales, qui dessineront l’avenir et le destin de l’Afrique et des Africains».





E-MATIN
Feuilletez LEMATIN
comme si vous le teniez
entre les mains

L'édition du
25 Septembre 2017
est maintenant disponible
pour les abonnés