Automobile

Tendance

Les 4x4 urbains ont encore un boulevard devant eux

Avec Agences,

Le Nissan X-Trail/Rogue est le SUV le plus vendu au niveau mondial.

Selon l'institut Jato Dynamics, la part de marché des SUV en Europe a été multipliée par quatre en dix ans, soit près d'une nouvelle immatriculation sur trois l'an dernier, en hausse de 5 points par rapport à 2016. Leur part de marché mondiale est à peu près au même niveau, avec 28 millions de SUV vendus l'an dernier, en hausse de 12,7%.

Apparus au milieu des années 1990, les SUV ou 4x4 urbains se sont progressivement imposés sur tous les marchés automobiles mondiaux et l'avenir leur appartient alors qu'ils se convertissent à l'électrique.
Nouveau BMW X4, Lexus UX, Land Rover SV Coupé, les nouveautés SUV (Sport Utility Vehicle) tiennent encore le haut du pavé au salon de Genève, surtout quand ils passent en motorisation électrique, comme le Jaguar I-Pace ou le Hyundai Kona, dévoilés récemment.
Il y a une vingtaine d'années ces véhicules, plus hauts et plus lourds, donc plus polluants que les berlines classiques avaient pourtant mauvaise presse. Venus des États-Unis, ils ont conquis l'Europe et étendent aujourd'hui leur domination sur le reste de la planète, y compris en Chine.
En dix ans, leur part de marché a été multipliée par quatre en Europe, soit près d'une nouvelle immatriculation sur trois l'an dernier, en hausse de 5 points par rapport à 2016, selon l'institut Jato Dynamics. Leur part de marché mondiale est à peu près au même niveau, avec 28 millions de SUV vendus l'an dernier, en hausse de 12,7%, établissant un nouveau record.
Cette progression «est incroyable, car ce sont des véhicules plus chers que la moyenne, alors qu'on disait que les grosses voitures n'avaient plus leur place dans les villes», estime Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile. Il y voit une bonne affaire pour les constructeurs, car ces modèles sont aussi plus rentables.
Les tout-terrains du type Jeep ou Land Rover existaient de longue date, quand le succès du Toyota RAV4 au milieu des années 1990 a popularisé ce type de véhicules en version urbaine. Au tournant des années 2000, la percée des Mercedes ML puis BMW X5 leur a procuré une image statutaire. Depuis, c'est l'effervescence.
À partir de 2007, le Qashqai, un SUV de taille moyenne, a porté à lui seul la percée de la marque Nissan en Europe. Le Captur de Renault et le 2008 de Peugeot ont montré qu'on pouvait les décliner avec succès en versions citadines. La marque au lion connaît une véritable renaissance depuis plus d'un an grâce à la nouvelle version de son 3008... Mais le modèle le plus vendu au niveau mondial est le Nissan X-Trail/Rogue, selon Jato.

Conversions salutaires
L'arrivée de «versions deux roues motrices et la réduction de la taille des moteurs ont amélioré leur performance en matière d'émissions de CO2», réduisant drastiquement l'écart avec les berlines, souligne Meissa Tall, associé conseil automobile chez Deloitte. Il y voit une raison essentielle de leur succès.
Les modèles «premium» sont souvent équipés de motorisations hybrides essence-électrique qui améliorent encore le bilan carbone.
Laurens van den Acker, le patron du design de Renault, estime que les SUV ont été «complètement modernisés» tout en conservant «l'attractivité» du produit.
La multiplication des modèles, du Dacia Duster, à bas coût, au tout récent Lamborghini Urus, dans l'ultra luxe sportif, a élargi le marché.
Tous ces véhicules ont en commun un style qui transmet une image de jeunesse. «Vous êtes plus jeune, plus sexy, encore en plein dans la vie, parce que vous pouvez vous échapper à chaque moment», commente le designer néerlandais.
Selon lui, d'autres éléments émotionnels interviennent : le sentiment de protection procuré par l'assise plus haute, l'impression par la masse visuelle d'en avoir «beaucoup pour son argent», et l'image statutaire... Et puis il y a les aspects rationnels, comme l'espace intérieur et la modularité qui attirent la clientèle familiale. Le SUV est «le seul type de voiture» qui se vend bien partout dans le monde, constate Laurens van den Acker.
La tendance à la hausse «va durer encore quelques années», assure Tall. Pour cet expert de Deloitte, l'adaptation du SUV aux motorisations purement électriques sera cependant «une question clé». D'un côté, la hauteur de ces véhicules permet d'y placer facilement une batterie puissante, d'un autre côté cette même hauteur pénalise l'aérodynamique et donc l'autonomie notamment sur voies 
rapides.
Après Tesla et son modèle X, l'I-Pace de Jaguar et le Kona de Hyundai tentent désormais de marier les deux tendances du moment : le SUV et l'électrique. D'autres constructeurs s'apprêtent à suivre. 

Services

S'inscrire à la Newsletter