Près de 793,7 millions de dirhams. C’est le montant brassé en ligne par les sites de e-commerce locaux et internationaux à fin mars 2018. Soit une hausse de 28,5% sur un an pour plus de 1,95 million d’opérations qui progressent de 39,4%. Le panier moyen ressort ainsi à 407 DH, contre 439,95 au premier trimestre 2017. Les sites locaux accaparent 91% des opérations en valeur et 98% en nombre, comparés aux sites étrangers.
Au Maroc, les sites les plus contributeurs restent ceux des compagnies aériennes, des télécoms, des facturiers et des services e-Gov. En 2017, ces derniers représentaient près de 2,177 milliards de dirhams, concentrant 82,5% du e-commerce dans le pays.
Entre 2014 et 2017, les paiements en ligne par cartes ont progressé de 49,3% en moyenne annuelle, passant de 1,94 million d'opérations à 6,47 millions. Les flux générés sur la période ont plus que doublé : 2,43 milliards de DH contre un peu plus de 1 milliard.
La tendance a connu une accélération en 2017, avec une progression de 52,3% à 2,44 milliards de DH pour 6,47 millions d'opérations (+84,2%). Soit 740 transactions en ligne par heure.

Nouveau tournant en 2017 
La forte baisse du panier moyen est le signe que le paiement en ligne se démocratise chez la population bancarisée. Le montant moyen payé en ligne en 2017 est de 376 dirhams, contre 538 DH en 2014. 
Cette baisse provient de l’augmentation du nombre de commerçants acceptant les cartes de paiement, mais aussi du réflexe désormais ancré chez des consommateurs de substituer la carte aux règlements en espèces. Elle s'explique aussi par de petits montants unitaires de facture payés aux secteurs des télécoms (24,9% des paiements en 2017) et aux facturiers (24,6%) essentiellement. 
L’an dernier, ces secteurs se sont améliorés respectivement de 27,4 et 133%.  À noter aussi la forte progression des services e-Gov. Les montants encaissés par ces derniers ont pratiquement doublé en 2017, s'affichant à 333 millions de DH. Ils sont promis à une belle avancée les prochaines années, vu l’élargissement de la palette des services dématérialisés. Le paiement des amendes à la TGR ainsi que des divers impôts et taxes se développe rapidement.
D'ailleurs, l’obligation de déclaration et de paiement de l’impôt sur le revenu par voie électronique pour toutes les personnes physiques titulaires de revenus autres que professionnels a été introduite cette année. Rappelons qu’en 2017, les services e-Gov représentaient déjà plus de 12% du montant global des paiements en ligne. Les transports se développent aussi promptement (+168,5% à 67 millions de dirhams), avec le lancement de l’offre en ligne de l’ONCF et celle de la CTM.
À en croire le CMI, le potentiel reste très important auprès des opérateurs télécoms, des régies de distribution d’eau et d’électricité et des administrations.